Login
Menu et informations
COUILLARD, François Joseph (1717-1792)
État civil
NOM : COUILLARD     Prénom(s) : François Joseph     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : COUILLART
COUILLAR
Date(s) : 1717-8-24   / 1792-9-23 
Notes biographiques

François Joseph COUILLARD est l'un de ces musiciens vannetais à la carrière exclusivement locale mais au profil somme toute atypique. S'il entre en effet tardivement dans la psallette de la cathédrale de Vannes [Morbihan], ses talents sont vite repérés par ses maîtres qui font de lui - deux ans avant sa sortie - un choriste basse-contre et un joueur de violoncelle. Plus tard, il se voit confier à plusieurs reprises la copie de partitions. C'est aussi l'un des laïcs de la musique vannetaise, père d'au moins neuf enfants. Il meurt en 1792 à 75 ans après avoir servi la cathédrale pendant 66 ans.

• 24 août 1717, Vannes [Morbihan] : François-Joseph COUILLARD naît paroisse Saint-Patern. Il est le fils de Philippe-Antoine Couillard et Louise Roblo. Il est baptisé le 26 août, son parrain, François Pingault, est avocat au parlement de Paris.

• 8 novembre 1726 : Lorsqu'il est recruté comme enfant de chœur par le chapitre cathédral, il a déjà un peu plus de 9 ans.

• Courant 1736 : Le chapitre lui confie les fonctions de basse-contre et de violoncelle.

• 5 juillet 1737 :  Alors qu'il lui reste un an à honorer en qualité d'enfant de chœur, le chapitre cathédral lui permet "par grace de prendre l’habit de seculier pendant ledt temps pour venir et servire en cet Etat, psalmodier et Chanter La Musique partout a L’ordinaire, et pour cela portera Le Surplis, et L’habit de cœur suivant La Saison". Les chanoines lui attribuent pour cela 50 livres et les gains du chœur.

• Novembre 1738, Vannes : François-Joseph COUILLARD sort de la psallette mais ne sera payé qu'après le 12 juin 1739.

• 18 avril 1749 : A présent choriste, COUILLARD se voit confier la tâche de copier des partitions pour la fête de la Pentecôte.

• 22 février 1751 : Il épouse Marie-Anne Thomas, de Saint-Thélo dans le diocèse de Saint-Brieuc [Côtes-d'Armor]. Le mariage est célébré par Edouard RIDEL, archiprêtre de la cathédrale.
• 6 mai 1751 : Sa première fille Jeanne-Marie-Françoise naît alors que le couple est domicilié paroisse Saint-Pierre.
• Juin 1751-août 1764 : Il reçoit 12 livres 10 sols par mois.

• 12 juin 1752 : Une seconde fille, Julienne, naît dans la famille COUILLARD.
• 21 juin 1754 : Le couple COUILLARD accueille une troisième fille, Marguerite.
• 31 août 1755 : Une quatrième fille, Jeanne-Antoinette, voit le jour. Elle est baptisé le lendemain.
• 8 juin 1757 : Jeanne-Marie, une cinquième fille, vient élargir la famille. A cette occasion - et aussi à l'occasion de la naissance suivante - François-Joseph COUILLARD est dit "chantre de la cathedrale de Saint Pierre" par l'acte de baptême.
• 24 juin 1758 : Naît un premier garçon, Jean-Benjamin-Marie, qui est baptisé le 25 juin.
• 24 août 1759 : Un deuxième garçon, Gilles-Marie-Joseph, baptisé le 26, vient étoffer la famille.
• 19 octobre 1760 : Il est rejoint par une sixième fille, Marguerite, qui est baptisée le lendemain. COUILLARD indique à côté de sa signature sa qualité de musicien.
• 14 novembre 1761 : Gilles-Julien, un troisième fils, naît dans la famille Couillard. À compter de cette date, la famille n'apparaît plus dans les registres paroissiaux de Saint-Pierre.

• 11 novembre 1767 : François-Joseph COUILLARD touche 30 des 86 livres 8 sols qui lui sont dues par le chapitre pour avoir copié "une grande quantité de pièces de la composition de feu Mr LE SUEUR".

• 14 avril 1769 : Le chapitre lui verse 45 livres 10 sols "pour une année de messes des duchesses que jay chantez echeü du 1er avril".

• 4 septembre 1772 : Il reçoit une gratification exceptionnelle de 36 livres.

• 17 novembre 1786 : François-Joseph COUILLARD est entendu en chapitre au sujet d'un différend opposant le maître de musique, Claude HERMAND DE SAINT-BENOIST, à Jacques-Adrien-Robert LAUNAY, l'un des archiprêtres de la cathédrale.

• 30 décembre 1789 : Il déclare aux autorités un revenu de 150 livres auxquelles il faut ajouter 100 livres de gains du chœur et une part de la vente des sels de Séné.

1790, Vannes [Morbihan] : François-Joseph COUILLARD chante toujours la basse-contre et joue toujours du violoncelle à la cathédrale Saint-Pierre de Vannes sous la direction du maître de musique Claude HERMAND DE SAINT-BENOIST et reçoit 434 lt 18 s 5 d. Il côtoie les musiciens Pierre-Marie COURET, Yves CURIERE, Yves GARREC, François-Augustin LE KER, Pierre LE ROY, LAUNAY et Pierre TABOURDET, ainsi que l'organiste Jean-Charles GOURDIAT et son souffleur FROMONT. Le 8 mai, COUILLARD et ses collègues "musiciens et chantres de l'église cathédralle de Vannes" adressent une pétition à l'Assemblée nationale pour demander une pension car si on supprime "la musique et le chant il leur reste aucune ressource leur talent étant uniquement pour le service divin". Le 29 octobre, un de ses fils a présenté aux autorités du district de Vannes un état de ses revenus en tant que musicien de la cathédrale validé par le chapitre.

• 24 mars 1792 : Un état du district de Vannes montre qu'il sert toujours à la cathédrale au cours du premier trimestre de cette année.
• 23 septembre 1792 : François-Joseph COUILLARD est inhumé paroisse Saint-Pierre. Membre de la musique de l'église épiscopale, il a touché 434 livres pour cette année.

Mise à jour : 14 juillet 2017

Sources
F-Ad56/ 47 G 5 ; F-Ad56/ 47 G 6 ; F-Ad56/ 47 G 7 ; F-Ad56/ 59 G 17 ; F-Ad56/ 59 G 7 ; F-Ad56/ 81 G 10 ; F-Ad56/ 81 G 11 ; F-Ad56/ 81 G 12 ; F-Ad56/ L 1488 ; F-Ad56/ L 1489 ; F-Ad56/ L 1492 ; F-Ad56/ L 882 ; F-Ad56/ état-civil en ligne ; F-An/ DXIX/017/260-2/06 ; F-An/ DXIX/054/150/04 ; F-An/ DXIX/056/191/15

<<<< retour <<<<