Login
Menu et informations
Présentation

L’enquête Muséfrem dans ses grandes lignes

À partir de 1790, un grand nombre de musiciens d’Église, partout en France, perdent leur poste et leurs revenus, en raison de la suppression des chapitres et des abbayes, et plus généralement des modifications intervenues dans l'organisation du culte à la suite de la Constitution civile du clergé. Les dossiers que les musiciens et musiciennes rassemblent alors dans le but d’obtenir un secours (pension, indemnité) constituent une base documentaire de premier ordre pour connaître cette profession dans les dernières années de l’Ancien Régime. Le riche corpus ainsi constitué est aujourd’hui conservé aux Archives nationales à Paris (séries DXIX et F19) dans toutes les archives départementales (série L essentiellement, parfois série Q), et occasionnellement dans des archives municipales.

Ce corpus fait l'objet depuis 2003 d'une enquête nationale menée sous l'impulsion de Bernard Dompnier (CHEC, Clermont-Ferrand), à laquelle ont participé près de 100 contributrices et contributeurs selon des modalités et à des degrés d'implication divers.

L’enquête archivistique, à présent terminée, est en cours de publication dans Muséfrem, base de données prosopographique des musiciens d'Église en 1790. Il s’agit, dans un premier temps, de publier les milliers de biographies des musiciens et musiciennes révélés par les archives. Cette première étape, en cours, s’effectue sur le portail des ressources numériques du pôle recherche du Centre de musique baroque de Versailles, conçu par Jérémy Crublet et Benoît Michel. La publication, supervisée par un comité éditorial, est alimentée par des chercheurs, universitaires, étudiants, enseignants ou retraités, tous bénévoles, qui collaborent dans un réseau participatif animé par Sylvie Granger (TEMOS, Le Mans Université) et Isabelle Langlois (CHEC, Université Clermont-Auvergne).

Deux fois par an, les biographies validées sont publiées. Chaque département terminé fait l’objet d’un article de fond qui dresse un panorama complet de la vie musicale ecclésiastique telle qu’elle transparaît à travers ces archives. Les innombrables documents retrouvés tant aux Archives nationales que dans les divers dépôts départementaux, et parfois municipaux et diocésains, sont peu à peu saisis dans la base de données Muséfrem sous forme de notices-document (au nombre de 30 300 au 1er mai 2018) qui ne sont pas encore ouvertes à la consultation publique. Toutes les notices-document qui concernent un même individu – dans certains cas, elles peuvent être très nombreuses – sont synthétisées par un ou plusieurs chercheurs dans le but de donner naissance à une notice biographique.

Ce sont ces notices biographiques qui sont accessibles par le présent portail PHILIDOR, via l’onglet Muséfrem.

Le projet prosopographique prendra sa pleine mesure dans un second temps en fournissant des outils informatiques permettant une analyse fine et à grande échelle des carrières de ces milliers de musiciens et musiciennes pour en dégager les grandes tendances : modalités de formation, lieux d’excellence musicale et musiques du quotidien, mobilité ou sédentarité, réseaux familiaux et amicaux, liens maîtres / élèves, rémunérations, niveaux et styles de vie, création et circulation des répertoires, etc. 

Avertissement sur les notices biographiques publiées

Ces notices sont des résumés biographiques étayés par les divers types de documents de l’enquête Muséfrem 1790, enrichis aussi souvent que possible par des documents complémentaires (état civil, notariat, archives des chapitres, dépouillements bibliographique).

Les logiques internes de l’enquête font que les éléments relatifs à la situation en ou vers 1790 sont évidemment dominants. Pour certains individus, des biographies relativement détaillées ont pu être rédigées. Pour d’autres, en revanche, les renseignements disponibles étaient trop ténus pour qu’il ait été possible de reconstituer leur itinéraire en amont et/ou en aval de 1790.

  • Les notices sont donc de longueurs contrastées, pouvant aller d’une seule ligne à plusieurs pages. Toutes sont organisées en suivant l’ordre chronologique. Les noms des localités concernées sont soulignés d’un trait pour faciliter leur repérage rapide.
  • Au-delà de cette normalisation minimale, le style des notices peut varier en fonction des choix de son ou ses rédacteurs (nombreuses notices collectives) ainsi que du profil du musicien concerné (plus ou moins richement documenté).

Ces notices présentent l’état des connaissances sur les musiciens concernés au moment de la consultation. Il ne s’agit en aucun cas d’un corpus figé ni d’un état définitif des connaissances. La découverte d’un nouvel élément est toujours susceptible d’entraîner une modification de la biographie de tel ou tel musicien : c’est pourquoi il est important de mentionner la date de la consultation lorsqu’on est amené à citer une notice de la base [voir « pour citer Muséfrem »]. Depuis fin 2015, les notices biographiques nouvelles (ou modifiées) sont datées en bas à droite par la formule « mise à jour » suivie de la date.

C’est peut-être VOUS qui connaissez le document qui permettra de compléter une notice lacunaire ? Vous pouvez participer à cette amélioration permanente de la base de données Muséfrem en nous signalant tout élément intéressant ICI. Nous vous remercions par avance de votre apport, aussi minime soit-il : dans une enquête de ce type, tout indice peut être précieux !  

Base Muséfrem : mode d'emploi

Vous pouvez accéder aux notices biographiques mises en ligne par divers chemins :

Depuis la page d’accueil :

  • En passant soit par la carte de France, soit par la liste des départements : la notice départementale donne accès aux listes de musiciens qui y ont exercé, liste générique ou par « lieux de musique ».

Depuis la page « Faire une recherche : notices » :

  • Le plus simple : en saisissant le nom d’un musicien précis dans le champ de recherche.
  • En sélectionnant des critères de recherche selon les listes à gauche (votre sélection s’affiche sous le champ de recherche), ou en désélectionnant ces critères (en cliquant dessus, sous le champ de recherche).

Depuis les notices biographiques :

  • En cliquant sur les liens internes aux notices reliant entre eux plusieurs musiciens. Ces liens conduisent parfois vers des musiciens qui ne sont plus actifs en 1790 : leurs notices biographiques sont accessibles mais elles ne sont évidemment pas prises en compte dans les divers bilans, chiffres ou statistiques présentés, lesquels ne concernent que les musiciens attestés en 1790.

L’orthographe choisie pour chaque patronyme est, dans la mesure du possible, celle de la signature pratiquée par le musicien ou la musicienne. En l’absence de signature, nous avons adopté l’orthographe la plus fréquemment rencontrée dans les documents. Les autres formes connues du nom sont néanmoins prises en compte. Il est conseillé de tenter de multiples formes du patronyme sur lequel des renseignements sont recherchés.

Toute l'équipe Muséfrem vous souhaite une bonne visite et espère vos retours (à l'adresse : musefrem@cmbv.com )

Pour l'équipe MUSÉFREM,
Sylvie GRANGER (mai 2014)
-> Mise à jour : 3 mai 2018

<<<< retour <<<<