Login
Menu et informations
CAMUSAT, François Claude (1738-1802)
État civil
NOM : CAMUSAT     Prénom(s) : François Claude      Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : CAMUSAC
CAMUZAT
CAMUZAC
CAMUSART
Date(s) : 1738-2-10  / 1802-8-23 
Notes biographiques

Après un court passage à Saintes, le troyen François Claude CAMUSAT s'installe durablement à Bordeaux, où il exerce comme choriste mais surtout comme serpent. Il officie alors à la collégiale Saint-Seurin de façon plus ou moins régulière pendant une dizaine d'années. Il en est renvoyé en 1780, mais retrouve rapidement dans la même ville un poste à l'abbaye Sainte-Croix qui l'emploie toujours en 1790.

• 9 février 1738, Troyes [Aube] : François Claude CAMUSAT naît du mariage de Simon Camusat et de Marguerite Gérard. Son père est maître hôtelier et boucher. Il est baptisé le lendemain en l'église Saint-Nizier.

• Vers 1744, Troyes : Il est reçu enfant de chœur à la collégiale Saint-Étienne

• Vers 1760, Saintes [Charente-Maritime] : Il rentre au service de la cathédrale Saint-Pierre.

• 19 mars 1768, Bordeaux : François Claude CAMUSAT, "musicien" épouse Jeanne Meillan, la fille d'un "écrivain". Il réside alors rue de l'hôpital dans la paroisse Saint-André. L'acte de mariage ne précise pas où il exerce mais permet de relever la présence de Louis LEROUX qui participe à la cérémonie en tant que témoin et qu'il a sans doute connu à Saintes. 

• Vers octobre 1769, Bordeaux : Les chanoines de la collégiale Saint-Seurin le recrutent comme serpent. Le 31 décembre, 75 livres lui sont versées pour trois mois de service.

• 30 septembre 1770, Bordeaux : Il perçoit 324 livres pour neuf mois de service somme choriste.

• 25 janvier 1771, Bordeaux : Le chapitre de Saint-Seurin autorise la femme de François Claude CAMUSAT à tenir une boutique de tailleur pour femmes et la dispense du droit d'enseigne.
• 15 août 1771, Bordeaux : Ils deviennent les parents d'une enfant baptisée en l'église Saint-Seurin.
• 30 septembre 1771, Bordeaux : Il touche 432 livres pour une année complète de ses gages comme choriste et serpent

• 9 mars 1772, Bordeaux : 150 livres lui sont avancées. Il est étrangement désigné dans le registre capitulaire comme "un des anciens choristes et muziciens".
• 6 novembre 1772, Bordeaux : Le doyen de Saint-Seurin le convoque pour lui annoncer qu'en raison de sa voix défaillante le chapitre le relève de son poste de choriste, mais qu'il le confirme dans ses fonctions de serpent.
• 9 novembre 1772, Bordeaux : Le chapitre décide de lui accorder 100 livres par an d'augmentation à titre de gratification pour ses services.
• 25 novembre 1772, Bordeaux : Son épouse donne naissance à une nouvelle petite fille. La famille CAMUSAT réside alors dans la paroisse Saint-Christoly.

• 30 septembre 1773, Bordeaux : 72 livres lui sont versées pour son service des mois de septembre et octobre 1772 comme choriste et il touche 333 livres 6 sols et 8 deniers pour dix mois de gages comme serpent.

• 30 septembre 1774, Bordeaux : Il reçoit 400 livres pour une année complète de ses gages comme serpent.

• 30 août 1775, Bordeaux : A partir de cette date, François Claude CAMUSAT n'exerce plus à la collégiale Saint-Seurin que par intermittence. Les comptes du receveur du chapitre Saint-Seurin mentionnent en effet une dépense de 366 livres 13 sols et 4 deniers pour le paiement de onze mois de gages des serpents BERNIER et CAMUSAT. La même année commence à figurer dans l'Almanach musical le nom d'un CAMUSAT, marchand de musique et maître de guitare, établi dans la rue des remparts. Est-ce le même homme ?

• 30 avril 1776, Bordeaux : François Claude CAMUSAT touche 50 livres pour un mois et demi de service seulement en qualité de serpent à la collégiale Saint-Seurin.

• 30 septembre 1779, Bordeaux : Il obtient cette fois-ci 233 livres 6 sols et 8 deniers pour un service de sept mois.

• 10 avril 1780, Bordeaux : Il est congédié par le chapitre Saint-Seurin.  Quelques temps après, un nouveau serpent lui succède. Il s'agit d'Antoine Joseph HAUTE.

1790, Bordeaux : François Claude CAMUSAT exerce désormais comme serpent à l'église Sainte-Croix pour un salaire de 300 livres. Il ne perçoit pas ses appointements cette année-là, mais il est nourri par les moines bénédictins.

• 16 avril 1791, Bordeaux : 300 livres lui sont versées pour son service de l'année 1790.
• 20 décembre 1791, Bordeaux : Suite à la supplique individuelle qu'il a adressée aux administrateurs du directoire du district de Bordeaux et dans laquelle il soulignait son état de "décrépitude" et son "âge avancé, il se voit accorder une pension de retraite de 200 livres.

• 1792, Bordeaux : Un tableau indique que sa pension est fixée désormais à 400 livres. Il est présenté comme "cydevant musicien au chapitre st seurin" et demeure désormais au n° 9 de la rue porte basse.

• vendémiaire an III, Bordeaux :  Il habite au n° 42 de la Place Nationale et continue à toucher la même pension.

• 5 fructidor an X, Bordeaux : François Claude CAMUSAT, musicien, s'éteint dans sa maison au n° 5 de la rue Poyenne. Il était veuf. Son décès est déclaré par un négociant et un tonnelier.

Dernière mise à jour : 8 août 2016

Sources
Almanach musical ; F-Ad10/ BMS Troyes ; F-Ad33/ 1 Q 1382 ; F-Ad33/ 1 Q 1391 ; F-Ad33/ 1 Q 1393 ; F-Ad33/ 4 L 126 ; F-Ad33/ BMS Bordeaux Section Nord ; F-Ad33/ C 2793 ; F-Ad33/ G 1017 ; F-Ad33/ G 1019 ; F-Ad33/ G 1020 ; F-Ad33/ G 1022 ; F-Ad33/ G 1482 ; F-Ad33/ G 1484 ; F-Ad33/ G 1486 ; F-Ad33/ G 1488 ; F-Ad33/ G 1490 ; F-Ad33/ G 1492 ; F-Ad33/ G 1494 ; F-Ad33/ G 1500 ; F-Ad33/ G 3233 ; F-Am Bordeaux/ BMS Saint-André ; F-Am Bordeaux/ BMS St-André ; F-Am Bordeaux/ BMS St-Seurin ; F-Am Bordeaux/ R 9 ; Journal de musique.... ; Ph. Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne [...]
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1790 av.  / 1790
Lieux :  Église Sainte-Croix (BORDEAUX)  
Fonction :  musicien (Église)  ;  serpent (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : oui    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : non renseigné    

<<<< retour <<<<