Login
Menu et informations
JIGOUIC, Pierre (1759-1804)
État civil
NOM : JIGOUIC     Prénom(s) : Pierre     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : JIGOUIE
JIGOUIC
JIGONIC
GIGOUIC
GIGOUIE
GIGOUIS
JEGOUIC
JEGOUIE
JEGOUIS
JIGONIE
JIGONIS
JIJONIE
JIJONIS
IGONIE
IGONIS
Date(s) : 1759-1-7  / 1804-6-28 
Notes biographiques

Malgré les multiples orthographes du nom de ce musicien breton et les nombreuses variations que présente sa signature, l'enquête MUSÉFREM a permis de reconstruire en grande partie sa vie et sa carrière. C'est à Bordeaux que Pierre JIGOUIC est en poste en 1790 et ce depuis 6 années. Il continue à y exercer après sans doute un passage dans la capitale où il ne réussit à s'installer durablement. 

• 7 janvier 1759, Vannes [Morbihan] : Pierre JEGOUIC est baptisé. Ses parents habitent dans la paroisse Notre-Dame-du-Mené.

• 10 avril 1767, Vannes : Le chapitre cathédral Saint-Pierre le recrute en tant qu'enfant de chœur.

• octobre 1783, Bordeaux : Le nom d'un choriste nommé JIGOUIC apparaît dans les feuilles de pointes du bas chœur de la cathédrale Saint-André.

• 3 octobre 1786, Bordeaux : Le musicien JIGOUIS reçoit 57 livres de gratification.

• 14 mars 1788, Bordeaux : Le chapitre lui accorde 12 livres pour le dédommage de ce qu'il a perdu "par incomoditez".

• 17 septembre 1789, Bordeaux : Pierre JIGOUIC épouse Jeanne, la fille aînée du joueur de serpent Jean HURTEAU. Ses collègues le maître de musique Joseph COSSE et François DUMOULY assistent à la cérémonie comme témoins.

1790Bordeaux : Pierre JIGOUIC est toujours actif à la cathédrale Saint-André comme choriste. Son nom figure dans une pétition que les musiciens de la cathédrale adressent au district de la Gironde pour obtenir leurs appointements. Ses pointes s'élèvent pour le mois de novembre à 47 livres 3 sols et 6 deniers.
• 10 octobre 1790, Bordeaux : Il devient père d'une petite fille. Il habite dans la paroisse Sainte-Eulalie.

• [1790 -1791], Bordeaux : Les musiciens de la cathédrale Saint-André rédigent une nouvelle supplique collective destinée cette fois-ci à l'Assemblée Nationale. Elle est signée par Joseph COSSE "maître de musique" ainsi qu'Antoine BOURRILLON, Jean-Jacques DREUILH Jean DUBAUX, François DANCOSE, François DUMOULY, Jean HURTEAU, Jean NOËLLE, Dominique MARTINOU et Pierre JIGOUIS.

• 24 mars 1791, Bordeaux : Pierre JIGOUIS est reconduit dans ses fonctions par la nouvelle fabrique. Il se voit accorder par le directoire du district une ordonnance de comptant de 116 livres 13 sols 4 deniers pour les mois de janvier et février.
• 15 avril 1791, Bordeaux : On lui verse la même somme pour les mois de mars et d'avril.
• 10 septembre 1791, Bordeaux : Un tableau des dépenses de la psallette en date du 10 septembre indique qu'il occupe l'un des trois postes de chantres avec Antoine BOURRILLON et Jean DUBAUX.
• 1791, Bordeaux : La même année, il fait partie des membres de la loge maçonnique l'Etoile Flamboyante à trois lys, à laquelle plusieurs de ses collègues de la cathédrale appartiennent.

• 15 germinal an III, Bordeaux : Une de ses filles meurt à l'âge de deux ans. Son acte de décès précise qu'elle est née à Paris, ce qui laisse supposer que Pierre JIGOUIC s'est rendu dans la capitale vers 1791 - 1792, mais qu'il est ensuite rapidement revenu à Bordeaux. A cette époque, il est dit "muzicien" et réside au n°4 de la rue civique.

• 8 floréal en an IV, Bordeaux : La famille s'agrandit d'un nouvel enfant. L'acte de naissance le présente simplement comme artiste sans indiquer où il exerce.

• 18 floréal an V, Bordeaux : Un état de la troupe des artistes du Grand Théâtre mentionne qu'il est chanteur dans les chœurs pour 1200 livres.

• 9 pluviôse an VI, Bordeaux : Un nouvel enfant naît.

• 18 germinal an VII, Bordeaux : Pierre JIGOUIC atteste dans un certificat de résidence le domicile de Pierre HOUZÉ. Il est toujours artiste à l'opéra.

• 5 brumaire an VIII, Bordeaux : Il figure toujours parmi les artistes du Grand Théâtre.

• 5 brumaire an X, Bordeaux : L'un de ses fils décède à l'âge de cinq ans.

• 9 messidor an XII, Bordeaux : Pierre GIGOUIC , "artiste musicien", s'éteint. Son décès est déclaré par Pierre RODE.

Dernière mise à jour : 20 septembre 2016

Sources
F-Ad33/ 1 Q 1277 ; F-Ad33/ 1 Q 1393 ; F-Ad33/ 3 L 364 ; F-Ad33/ 4 L 126 ; F-Ad33/ G 3295 ; F-Ad33/ G 3300 ; F-Ad33/ G 3334 ; F-Ad33/ G 3335 ; F-Ad33/ NMD Bordeaux Section Centre ; F-Ad56/ 47 G 7 ; F-Ad56/ BMS Vannes ; F-Am Bordeaux/ BMS St André ; F-Am Bordeaux/ NMD Section Centre ; F-Am Bordeaux/ R 12 ; F-Am Bordeaux/ R 9 ; F-An/ DXIX/091/777/01 ; J.Coutura, Les Francs-maçons de Bordeaux au 18e siècle, 1988
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1783-10  / 1791-9-10 ap.
Lieux :  Cathédrale Saint-André (BORDEAUX)  ?
Fonction :  musicien (Église)  ;  choriste (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : oui    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

<<<< retour <<<<