Login
Menu et informations
BOUDOS, François (ca 1692-1767)
État civil
NOM : BOUDOS     Prénom(s) : François     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : BOUDOZE
Date(s) : 1692 ca  / 1767-11-20
Notes biographiques

François BOUDOS (vers 1692-1767), organiste et facteur d'orgues d'origine méridionale, se fixe à Charleville sous le règne de Louis XV après avoir travaillé en Lorraine et en Picardie. Sa seconde femme est aussi organiste.

• [vers 1692], Sévérac-l'Église [Aveyron] : Naissance de François BOUDOS, fils de Jean Boudos et de Françoise Pouget.

• 1715, Avioth [Meuse] : Le sieur Boizard, facteur d’orgue demeurant à Sedan, touche 150 livres en acompte du prix de l’orgue qu’il s’engage à construire en l'église Notre-Dame.
• 7 ou 8 mars 1717, Avioth : François BOUDOS, ouvrier d'orgues, arrive à Avioth pour y travailler sous la direction du facteur Boizard. Il s'installe en pension chez Renaud Picard, ancien procureur de la prévôté de Montmédy.
• [vers avril 1717], Avioth : Il engrosse Jeanne Picard, fille de son hôte, et promet de l'épouser.
• 8 octobre 1717, Avioth : Conformément à sa promesse, il épouse Jeanne Picard.
• 10 janvier 1718, Avioth : Naissance de leur fille Jeanne Françoise BOUDOS.

• 18 mai 1724, Vervins [Aisne] : François BOUDOS, "homme veuf agé de quarante ans ou environ", épouse en secondes noces Marie Madeleine SIMILIART, 30 ans. Le mariage est célébré par Nicolas Similiart, prêtre et religieux de l’abbaye de Signy-le-Petit.

• 5 février 1729, Charleville [Ardennes] : Sa femme Marie Madeleine SIMILIART est officiellement engagée pour toucher l'orgue de l'église paroissiale Saint-Rémi, mais en réalité le mari et l'épouse se partagent la tâche. C'est presque toujours François BOUDOS qui signe les ordonnances de paiement et il est à l'occasion désigné comme organiste de la paroisse (ordonnance du 30 janvier 1751 par exemple). Probablement a-t-il continué à toucher l'orgue occasionnellement jusqu'à sa mort.
• 2 avril 1729, Charleville : Une ordonnance de 60 livres est établie en faveur de François BOUDOS, facteur d’orgues, pour avoir relevé tous les tuyaux de l’orgue de la paroisse, les avoir nettoyés et poudrés, "remis à l’accord" et mis tout l’orgue en état, suivant marché verbal fait avec lui, "attendu la modicité de l’entreprise".
• Septembre 1747, Charleville : Dans une requête adressée aux consuls, directeurs et procureur syndic de la ville et police de Charleville, François BOUDOS demande à être payé de 200 livres pour indemnité de logement de l'organiste (fonction exercée par sa femme depuis 1729), non versée depuis cinq ans. Il obtient satisfaction.
• 1758, Charleville : François BOUDOS est qualifié dans les pièces comptables de la paroisse de facteur d’orgues et d’organiste de cette ville de Charleville. C'est la dernière fois qu'il est mentionné, mais le fonds est lacunaire pour les années suivantes.

• 20 novembre 1767, Charleville : François BOUDOS, veuf de Marie Madeleine SIMILIART, meurt à l'âge de 75 ans. L'acte de sépulture n'indique aucune profession.

Dernière mise à jour : 1er mai 2016

Sources
F-Ad02/ 5Mi0771 ; F-Ad08/ 5Mi 15R 7 ; F-Ad08/ 5Mi 5R 11 ; F-Ad08/ 5Mi 5R 9 ; F-Ad08/ EDEPOT/CHARLEVILLE/GG 86 ; F-Ad55/ E dépôt 15 (1 E 1)

<<<< retour <<<<