Login
Menu et informations
CARDOT, Louis (1706-1792)
État civil
NOM : CARDOT     Prénom(s) : Louis     Sexe : M
Date(s) : 1706-5-11   / 1792-10-25 
Notes biographiques

Louis CARDOT (1706-1792) est en 1790 le doyen des musiciens de la cathédrale de Beauvais (Oise). Cet homme discret s'est peu mis en évidence au cours de sa longue carrière. Ses compétences ont cependant paru suffisantes au chapitre pour qu'en 1771, il lui confie pour une période de six mois la place de maître de musique, en attendant la nomination d'un nouveau titulaire.

• 11 mai 1706 : Louis CARDOT naît en un lieu indéterminé.

• 1715, Beauvais [Oise] : Il débute comme enfant de chœur à la cathédrale.

• 2 février 1743, Beauvais : Jacques François LEURS, prêtre, chapelain et petit vicaire de la cathédrale, est inhumé en présence de Louis CARDOT, diacre, son ami.

• 17 janvier 1748, Beauvais : Lors du chapitre général de la cathédrale, Louis CARDOT figure parmi les petits vicaires [musiciens].

• 10 novembre 1755, Beauvais : Le chapitre adopte un règlement pour les vicaires et autres membres du bas-chœur en charge de la musique et du chant. CARDOT, petit vicaire, perçoit 500 livres d'appointements à l'année.

• 11 février 1756, Beauvais : CARDOT, petit vicaire, est augmenté de 50 livres.
• 25 février 1756, Beauvais : Le chapitre accorde une gratification à CARDOT, vicaire, dont le montant n'est pas indiqué.

• 3 novembre 1762, Beauvais : Louis CARDOT, petit vicaire et diacre du diocèse, est nommé chapelain de Sainte-Cécile à la place de DELAMARRE, décédé. Il se démet de la chapelle Saint-Léonard.

• 20 juillet 1764, Beauvais : Le chapitre décide de diminuer les gages du petit vicaire CARDOT, qui passent de 550 à 500 livres par an.

• 12 juin 1771, Beauvais : Le chapitre le nomme à la maîtrise pour assurer l'intérim après le départ du maître de musique ; il est alors chapelain et petit vicaire de la cathédrale.
• 25 septembre 1771, Beauvais : Le chapitre donne la permission aux enfants de chœur d'aller à Allonne [Oise] à l'invitation du chanoine administrateur de cette grange, sous la conduite de CARDOT. Un repas leur sera servi sur place.
• 3 décembre 1771, Beauvais : Michel Étienne DELAPLACE est reçu maître de musique de la cathédrale.
• 18 décembre 1771, Beauvais :  Le chapitre accorde à CARDOT la somme de 96 livres pour le temps qu'il a passé à l'école de chant dans l'attente du nouveau maître de musique. 

• 1783-1784, Beauvais : Comme petit vicaire, il touche 500 livres de rémunération pour l'année comptable.

• 1790, Beauvais : Louis CARDOT est toujours petit vicaire et chapelain de la cathédrale. Sa chapelle de communauté, sous l'invocation de sainte Cécile, lui rapporte 566 livres 15 sols 9 deniers à l'année ; il est aussi titulaire de la chapelle de la Sainte-Vierge, qui génère 150 livres de revenus ; sa place de petit vicaire produit quant à elle 656 livres 6 sols dont 500 d'appointements. En tout, ses revenus annuels s'élèvent à la somme de 1 373 livres 1 sol 9 deniers.

• 21 avril 1791, Beauvais : Le District propose un secours provisoire pour les gagistes qui étaient au service du chapitre de la cathédrale, en attentant la fixation définitive de leur pension ou gratification. Louis CARDOT, petit vicaire, figure dans ce groupe : âgé de 84 ans, il a 75 ans de service et touchait un traitement de 770 livres. Le secours envisagé en ce qui le concerne est de 200 livres.

• 30 janvier 1792, Beauvais : Dans une requête aux administrateurs du Département, Louis CARDOT demande une réévaluation de son traitement, fixé uniquement en fonction de sa chapelle de communauté, qui se monte à la somme de 365 livres 15 sols. Il rappelle que lors de la suppression du chapitre, il était aussi titulaire de la chapelle de la Sainte-Vierge et qu'il occupait une place de petit vicaire. Au total, il percevait 1 373 livres 1 sol 9 deniers. Il souhaiterait que l'on règle son traitement "d'après le susd[i]t revenu, ayant d'ailleurs égard à mon grand âge et aux besoins qui en sont inséparables, ainsi qu'à mes longs services dans la première Eglise du Diocèse à laquelle je me suis attaché de préférence, par amour pour ma patrie et pour ma famille que je me suis toujours fait un devoir d'aider". Il réclame aussi la remise d'une somme de 73 livres qu'il a payée à la caisse du chapitre pour le premier tiers de l'acquit de l'annuel de messes dû à cause de sa chapelle de communauté en 1790, alors qu'il n'a rien touché du produit d'une dîme faisant partie de son revenu, traditionnellement affectée à cet usage. Il se dit âgé de près de 86 ans et attaché à la cathédrale depuis 1715. 
• 19 mars 1792, Beauvais : Le District estime qu'il ne peut modifier son avis précédent, sauf si le Département veut bien prendre en compte le grand âge de CARDOT. 

• 25 octobre 1792, Beauvais : Louis CARDOT, diacre, s'éteint à son domicile de la rue Saint-Nicolas à l'âge de 86 ans 5 mois et 14 jours. Le décès est déclaré le jour même par son petit-neveu Philippe Antoine CARDOT, tapissier.

Mise à jour : 31 décembre 2018

Sources
F-Ad60/ 1Q2/574 ; F-Ad60/ 2LP 1124 ; F-Ad60/ 3E57/10 ; F-Ad60/ 3E57/62 ; F-Ad60/ G 2471 ; F-Ad60/ G 2472 ; F-Ad60/ G 2473 ; F-Ad60/ G 2474 ; F-Ad60/ G 2475 ; F-Ad60/ G 2476 ; F-Ad60/ G 2477 ; F-Ad60/ G 2478 ; F-Ad60/ G 2481 ; F-Ad60/ G 2763 ; F-Ad60/ G 2764 ; F-Ad60/ G 2765 ; F-Ad60/ G 2780

<<<< retour <<<<