Login
Menu et informations
GAVAUDAN, Joseph (ca 1716-1782 ap.)
État civil
NOM : GAVAUDAN     Prénom(s) : Joseph     Sexe : M
Date(s) : 1716 ca  / 1782 ap.
Notes biographiques

Originaire de Marseille, né vers 1720, fils d'un marchand, formé à la musique, Joseph GAVAUDAN, quitte sa ville pour faire carrière. Il est d'abord musicien à Lyon, exerçant à l'Opéra et au Concert. On le trouve ensuite, à partir de 1751, installé à Grenoble, où il est "maître de musique" et pleinement intégré dans le milieu des musiciens. Il exerce ses talents de musicien notamment à l'Académie du Concert, ainsi que, ponctuellement, pour des cérémonies conjointes de la ville et de l'Église. Marié à 25 ans en 1751, il devient veuf dès 1763. Il repart alors, avec un fils au moins, vivre de sa musique à Lyon.

• [1716 ou 1726 ?], Marseille : Joseph GAVAUDAN serait né à Marseille en 1716 selon des travaux de généalogistes. Or à son mariage de 1751, l'acte confirme l'origine marseillaise, mais lui attribuant 25 ans, placerait sa naissance en 1726. Précisément, l'acte de son mariage ne dit pas que le musicien est âgé de 25 ans, mais garantit son statut de majeur : "l'époux étant libre et majeur de 25 ans", laissant un doute sur son âge précis.

• 1738-1744, Lyon : Une hypothèse forte est proposée par Georges Escoffier ("L'exemple du Concert de Grenoble...", 2001), s'appuyant sur Léon Vallas ("Un siècle de musique et de théâtre à Lyon", 1932). Joseph GAVAUDAN commencerait sa carrière à Lyon comme choriste à l’Opéra de 1738 à 1744, ainsi que comme copiste du Concert, en 1742. Or son âge peut poser problème : si Joseph GAVAUDAN est né en 1716, il a 22 ans en 1738. Mais si, comme son acte de mariage le suggère, il est né en 1726, il n'aurait alors que 12 ans en 1738. Pourrait-il être choriste à l'Opéra à cet âge ? En ce cas le Gavaudan de Lyon, qu'on retrouve en cette ville en 1772 et 1782, serait un parent de Joseph. Il existe en effet plusieurs GAVAUDAN dans le monde de la musique du Sud-Est du royaume. Ce Gavaudan observé à Lyon, Joseph GAVAUDAN musicien à Grenoble, Denis Gavaudan, enfant de chœur, natif de Salon de Provence, admis en 1747 à la maîtrise d’Arles, un GAVAUDAN à Nîmes, reçu en 1753 à la cathédrale "pour chanter la taille les jours de musique", et enfin un Jean-Baptiste Gavaudan, né à Salon en 1772, chanteur à l’opéra de Paris.

• [Vers 1745], Grenoble : Si ce que note son acte de mariage de 1751 est davantage qu'une formule rituelle, le musicien est venu dès 1745 s'installer à Grenoble. Il est précisé dans l'acte de mariage que le marié est "Sr Joseph Gavaudan Me de musique [...] habitant de la paroisse Saint-Louis depuis de longues années".

• 12 janvier 1751, Grenoble : Joseph GAVAUDAN, musicien, apparaît souvent dans des relations sociales avec le milieu des musiciens grenoblois. Dans l’acte de baptême de Claude-Joseph, son père Antoine-Joseph BERGER est dit "l’organiste de cette paroisse", donc organiste de l’église Saint-Louis de Grenoble. Le musicien est entouré de confrères, bénéficiant à ce baptême de la présence de Joseph GAVAUDAN (parrain), musicien de l'Académie du Concert, et d'Antoine DARD, époux de la marraine, musicien. Signalons au passage que cette marraine, Claudine Garnier, est aussi une sœur du musicien  Joseph GARNIER, important compositeur.

• 23 septembre 1751, Grenoble : En l'église Saint-Hugues, Joseph GAVAUDAN, "maître de musique", épouse Marianne Roche, fille de Joseph ROCHE, musicien et maître à danser, en présence, notamment, des musiciens grenoblois Nicolas LAMINE et Jacques BERCHET. Les parents décédés du marié (Sr Jacques Gavaudan, marchand, et Dlle Catherine Camois) étaient de Marseille : Joseph GAVAUDAN a dû naître dans cette ville. Si la famille de la mariée, Marianne Roche, habite paroisse Saint-Hugues au centre de Grenoble, le marié habite la paroisse Saint-Louis.

• 26 avril 1752, Grenoble : Joseph GAVAUDAN, maître de musique, est payé pour le groupe de musiciens ayant chanté au Requiem pour le duc d'Orléans, donné à la collégiale Saint-André. L'acte municipal précise : "pour les fournitures et gratifications des musiciens qui ont chanté a la messe de requiem". La musique ne s'élève alors dans la collégiale que pour les grandes occasions et, en ces cas, le chapitre fait appel à force renforts extérieurs de musiciens. Ainsi en cette année 1752 pour le service funèbre du duc Louis d'Orléans, gouverneur du Dauphiné depuis 1719, un fort effectif de musiciens (80, écrit Louis Royer) est mobilisé pour donner le Requiem de Jean Gilles (1668-1705). Leurs gages, qui s’élèvent à 661 livres, sont versés au maître de musique GAVAUDAN, qui a sans doute recruté et dirigé ces musiciens. C'est la ville de Grenoble qui a payé les 1581 livres du coût global de la cérémonie, incluant la part de la musique. La source municipale rappelle que ces musiciens ont chanté à la messe de Requiem ; elle ne précise pas l'emploi d'instruments de musique.

• 8 novembre 1763, Grenoble : Joseph GAVAUDAN perd son épouse Marianne Roche, décédée la veille, qui reçoit la sépulture à l'église paroissiale Saint-Hugues. Le veuf n'est pas signataire.

• 17 janvier 1765, Grenoble : Dans une grande cérémonie, Antoine-Joseph BERGER"organiste de la cathédrale", fait baptiser son fils Antoine-Marie-Louis, qui avait été ondoyé en février 1759. Le parrain est son frère Louis-Marie, alors organiste à la collégiale Saint-André. Des musiciens de la ville sont présents ou représentés à cette cérémonie : la fille du maître de musique de l'académie de musique Jacques BERCHET, Marie-Gabrielle-Ursule, est la marraine. On compte 15 signataires en tout, ce qui est rare pour un baptême. Parmi elles, celle de Joseph GAVAUDAN.

• 1772, Lyon : Léon Vallas signale que le musicien GAVAUDAN est joueur de basse au Concert de cette ville en 1772. Ainsi Joseph GAVAUDAN, musicien grenoblois de 1745 à 1765, est retourné, après son veuvage, vivre de sa musique dans la ville où il a débuté sa carrière.

• 8 octobre 1782, Lyon : En l'église paroissiale Saint-Nizier, le mariage de Joseph Ennemond Gavaudan avec Marie Guillet est célébré. Le père du marié, Joseph GAUVAUDAN, "bourgeois de cette ville", assiste aux noces de son fils. La mère du marié est défunte Marie Roche (prénommée Marianne à son propre mariage).

Mise à jour : 26 février 2022

Sources
F-Ad38/ 9NUM/ 5E186/ 20/ 5 ; F-Ad38/ BMS Grenoble, Saint-Hugues ; F-Ad38/ BMS Grenoble, Saint-Louis ; F-Am Grenoble/ CC 971 ; F-Am Grenoble/ Inventaire Sommaire/ CC 971 ; F-Am Lyon/ BMS Lyon, Saint-Nizier ; G. Escoffier, Concert de Grenoble, 2001

<<<< retour <<<<