Login
Menu et informations
MALBRANCHE, Joseph (1743-1782)
État civil
NOM : MALBRANCHE     Prénom(s) : Joseph     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : MALLEBRANCHE
MALEBRANCHE
Date(s) : 1743-5-29   / 1782-9-8
Notes biographiques

L'itinéraire de jeunesse de l'organiste Joseph MALBRANCHE reste à éclairer : essentiellement connu pour avoir été organiste de la cathédrale Saint-Étienne de Sens, il s'est porté candidat (sans succès) à Notre-Dame de Mayenne et il avait peut-être antérieurement exercé à d'autres tribunes. Il meurt précocement, à Sens, à l'âge d'à peine quarante ans.

• 30 mai 1743, Wassy [aujourd'hui en Haute-Marne] : Dans ce village situé à 75 km à l'est de Troyes, près de Saint-Dizier, est baptisé Joseph MALBRANCHE, né la veille. Il est le fils du sieur Jean-Claude (ou Claude-Jean) MALBRANCHE, commis aux aides, et de Suzanne Lorain / Lorrain, dont un frère Joseph, est choisi comme parrain. La marraine est la grand-mère de l'enfant du côté paternel, "Delle Marguerite de Raimond femme du Sr Jean Malbranche, seigneur de Blumeré et Humbersin", qui amorce avec grande difficulté une signature hésitante. Le village de Blumeray et le hameau de Humbercin sont situés à moins de 20 km au sud de Wassy.

Son père, Claude-Jean MALBRANCHE, sera ultérieurement organiste de Saint-Aventin à Troyes (où il est attesté de 1756 à 1771) tout en restant dans l'administration fiscale ("receveur des deniers royaux", "receveur des Aides et Octrois"). Sa mère, Suzanne Lorrain, décèdera à Sens en 1777, à 82 ans.

• On peut supposer que durant les années 1750 Joseph MALBRANCHE a été formé à la musique dans une psallette (où ? à Troyes ?).
• Quels postes occupa-t-il ensuite avant 1773 ?

• 1769 : Il acquiert la charge d'huissier à cheval au Châtelet de Paris.

• 21 juillet 1771, Troyes : Grâce à Jacques Gyssels ("Les Organistes de la cathédrale de Sens depuis la fin du XVIIe siècle", Bulletin de la Société archéologique de Sens, tome IX, 2016, p. 9 à 25) on apprend qu'à cette date est signé un contrat de mariage devant le notaire Corthier) entre Joseph MALBRANCHE et Marie-Louise Lemoine, orpheline d'un marchand orfèvre.
Leur mariage est célébré le surlendemain, 23 juillet, dans l'église paroissiale Sainte-Madeleine. Aucun métier n'est indiqué pour le marié, qui est seulement dit "fils majeur de Mr. Claude Jean MALBRANCHE receveur des Aides et Seigneur de Blumerée [Blumeray], et de Suzanne Lorrain, de fait et de droit de la paroisse de St-Nizier de cette ville". Il signe "Malbranche", avec une ruche de type clé de sol et un petit paraphe discret. Quant à son père, il signe "Malbranche deblumerey".

• 31 mai 1772, Troyes : Leur premier enfant, Marie-Madeleine-Amélie, est baptisé paroisse Sainte-Madeleine. Son parrain est son grand-père paternel, Claude-Jean MALBRANCHE qui est ici dit "Seigneur en partie de Blumerey". Quant au père de l'enfant, Joseph MALBRANCHE, il est donné comme "huissier à cheval au Châtelet de Paris" et on peut s'interroger sur son activité d'organiste à cette période-là.

• 5 juin 1773, Troyes : Son père, receveur des Aides et Octrois au bureau de la porte St-Jacques, meurt à l'âge de 60 ans.
• Juillet 1773, Sens : Après le décès de Jean Antoine LANDRU, "organiste de l'Église de Sens" survenu le 20 mai 1773, le chapitre de Saint-Étienne de Sens recrute Joseph MALBRANCHE pour lui succéder à compter du 1er août 1773. Il aura 400 livres de gages, payés par quartiers.
• 6 août 1773, Troyes : Un deuxième enfant naît chez les Malbranche-Lemoine, un garçon, qui est ondoyé le jour même, non pas parce qu'il est en danger de mort, mais par permission du vicaire général. Cette permission a-t-elle été demandée simplement parce que le père est absent ou plutôt par souci d'adopter une pratique de distinction, afin de pouvoir procéder au baptême à une date choisie, plus éloignée de la période de deuil ouverte début juin ?
• 20 septembre 1773, Troyes : Le baptême d'Antoine-Joseph est célébré en l'église Sainte-Madeleine. Son père, toujours donné comme "huissier à cheval au Châtelet de Paris", est présent et signe l'acte. Sans doute a-t-il fait le voyage depuis Sens (63 km en itinéraire pédestre) en compagnie du parrain, Pierre-Antoine Lemoine, sous-diacre du diocèse de Sens.
La famille quitte ensuite Troyes pour s'implanter à Sens où, selon les recherches de J.Gyssels, elle habite rue de la Tuile (actuelle rue Jean-Cousin), paroisse St-Romain.

• 1776-1777, Mayenne : Selon A. Grosse-Dupéron, dans son étude sur l'église Notre-Dame de Mayenne, "MALBRANCHE, ancien organiste de la cathédrale de Sens" aurait été organiste de la paroisse Notre-Dame de Mayenne en 1776-1777, recevant pour ses gages 500 livres et le loyer de la maison de la rue Sainte-Anne. Il aurait succédé à René Joseph ESNAUT. Les dates sont cependant des plus douteuses, puisque début 1777, c'est Charles LABOURÉ qui apparaît en poste à l'orgue de Mayenne.
En réalité, il semble qu'en effet l'organiste MALBRANCHE soit venu de Sens en effet pour faire entendre ses talents au curé de Notre-Dame [de Mayenne], lequel n'aurait pas retenu sa candidature. Revenu à Sens, l'organiste écrit le 20 janvier 1777 au procureur de la fabrique de Mayenne, une lettre partiellement publiée par Grosse-Dupéron qui semble l'avoir vue dans les archives de la fabrique de Notre-Dame de Mayenne, lettre  très intéressante sur plusieurs plans :
     "Vous m'annoncez que M. le curé vous a dit que je lui ai déclaré ne pas savoir chanter, parce que je n'ai pas chanté à table lorsqu'il me fit l'honneur de m'inviter à dîner chez lui et qu'il me pria de chanter.
     Il est certain que M. le curé a mal pris le sens de ma réponse, parce que je n'ai point dit ne pas savoir chanter, mais comme ma voix n'est pas agréable et que d'ailleurs le voyage m'avait enroué, je n'ai pas voulu chanter.
     Il a encore sans doute tiré mauvais augure de moi sur ce que j'ai dit me servir du clavecin pour montrer la musique vocale. M. le curé ne sait pas que c'est l'usage pratiqué par presque tous les maîtres d'Italie, que cet usage s'introduit si bien en France qu'il y a environ trois ans on a gravé un livre de solfège avec la basse chiffrée pour le clavecin à l'usage des pages de chez le Roi..."

Selon l'abbé Chartraire («Les Orgues de la cathédrale de Sens, Notice historique », 1846), Joseph MALBRANCHE aurait été organiste de la cathédrale de Sens de 1773 à 1781 et recevait pour cela 500 livres par an : il ne fait pas mention d'une interruption. Il est donc très vraisemblable que le passage de Malbranche à l'orgue de Mayenne n'ait duré que le temps d'une audition... On note tout de même qu'il y a plus de 300 km en droite ligne entre Sens et la ville de Mayenne.
Jacques Gyssels (dans son article de 2016) ne mentionne pas davantage d'interruption dans le service de Joseph MALBRANCHE à Sens, qui a duré jusqu'à son décès. De plus, il relève deux baptêmes Malbranche à Sens, l'un le 30 novembre 1774, l'autre "en 1777".

•  8 mars 1779, Sens : Un dernier enfant naît chez les Malbranche-Lemoine, Jean-Baptiste, baptisé paroisse St-Romain. Il a pour parrain le sieur Jean-Baptiste RICHARD, facteur d'orgues résidant à Troyes, choix révélateur des liens qui unissent les  facteurs au monde des organistes. Le curé attribue au père sa double fonction : "Joseph MALBRANCHE, huissier à cheval au Châtelet de Paris et organiste de la métropole de Sens".

• 9 septembre 1782, Sens : Joseph MALBRANCHE mort la veille sur la paroisse Saint-Romain, est inhumé en la cathédrale de Sens. Il était âgé de 40 ans, "organiste de l'Eglise métropolitaine", et aussi "huissier à verge"  [sic, dans les autres documents le concernant il est toujours dit "huissier à cheval"] du châtelet de Paris.
L'organiste qui lui succède est Sébastien JULLY.
Le 7 novembre 1782, les héritiers de Joseph MALBRANCHE, organiste à la cathédrale de Sens, vendent devant le notaire Aleaume la charge d'huissier à cheval au sieur Bucheron.

Mise à jour : 17 août 2017

Sources
A. Chartraire, "Les Orgues de la cathédrale de Sens...", 1846 ; A.Grosse-Dupéron, L'église ND de Mayenne...1911-1912 ; F-Ad10/ BMS Ste-Madeleine de Troyes ; F-Ad52/ BMS Wassy ; F-Ad89/ 5 MI/ 827/ 6, S chapitre cathédral ; F-Ad89/ BMS St-Romain de Sens ; F-Ad89/ sépultures chapitre Sens ; F-An/ MC/ET/LXXXVI/825 ; J. Gyssels, "Les Organistes de la cathédrale de Sens…", BSAS, 2016.

<<<< retour <<<<