Login
Menu et informations
BOUTILLIER, Jean Charles François (1781 av.-1809)

BOUTILLIER, Jean Charles François (1781 av.-1809)

État civil
NOM : BOUTILLIER     Prénom(s) : Jean Charles François     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : BOUTILLER
Date(s) : 1781-2-12 av.  / 1809-7-19
Notes biographiques

Jean Charles François BOUTILLIER, d'origine picarde, entre comme basse-chantante à la cathédrale Notre-Dame de Paris en 1781 et conserve son poste par-delà la coupure révolutionnaire jusqu'à sa mort en 1809.

• Date inconnue, Anguilcourt-le-Sart, près de La Fère [Aisne] : Naissance de Jean Charles François BOUTILLIER, fils de Jean François, cordonnier (1782), et de Marie Françoise Boulanger.

• 12 février 1781, Paris : Originaire du diocèse de Laon, Jean Charles François BOUTILLIER est reçu parmi les clercs de matines [musiciens] de la cathédrale Notre-Dame.

• 19 août 1782, Anguilcourt-le-Sart : Il signe au mariage de sa sœur, Marguerite Florimonde, avec Antoine Convers, manouvrier. Il est mentionné comme "chantre en l'Église de Notre Dame de Paris" avant son frère Montain, cordonnier demeurant à d'Ermigny [sic]. Ni l'épouse ni sa mère ne savent signer.

• 9 juin 1787, Paris : Jean Charles François BOUTILLIER, du diocèse de Laon, reçoit la tonsure des mains de l'ancien évêque de Senez.

• 1788-1789, Paris : Il est qualifié de basse chantante à Notre-Dame dans le Calendrier musical universel.

• 1790, Paris : Jean Charles François BOUTILLIER semble toujours en fonction au moment de la suppression du chapitre. Nous de disposons toutefois pas d'une supplique individuelle, comme c'est également le cas pour la douzaine d'autres musiciens non bénéficiers qui sont alors en poste à la cathédrale Notre-Dame.

• 1807, Paris : Il est à nouveau musicien basse-contre à la cathédrale Notre-Dame.

• 1808-1809, Paris : Il participe à trois reprises à des cérémonies extraordinaires en actions de grâces à la cathédrale Notre-Dame en qualité de basse chantante : les 4 et 25 décembre 1808 pour l'anniversaire du sacre de Napoléon et pour les dernières victoires d'Espagne (Espinosa, Burgos, Tudela, Somo-Sierra, prise de Madrid) et le 28 mai 1809 pour la prise de Vienne. Il touche 18 francs pour chacune.

• 15 ou 19 juillet 1809, Paris : Charles François BOUTILLIER, toujours chantre à Notre-Dame, décède dans une chambre au second étage d’une maison rue de Turenne dans le Marais, n° 79, louée 48 francs par an.

• 29 novembre 1809, Paris : L'inventaire de ses maigres possessions est dressé devant notaire, à la requête de son frère Jean Louis Montain Boutiller, cordonnier demeurant à Remigny (Aisne), et de sa sœur Marguerite Florimonde Boutiller, épouse d’Antoine Convert, manouvrier. La prisée s'élève à 141 francs, dont 35 francs en sept pièces de 5 francs. On trouve dans une cassette 80 volumes tant reliés que brochés, dont Recherche sur Paris, une montre d'argent évaluée 12 francs et ses habits de chantre, usés. En tant que chantre, il gagnait tout de même 1 100 francs à l'année.

Dernière mise à jour : 2 avril 2016

Sources
Almanach ecclésiastique de France pour l’an 1807 ; Calendrier Musical Universel, suite de l'Almanach Musical, année 1788 ; Calendrier musical universel ; F-Ad02/ 5MI 0288 ; F-An/ ET/XXXVIII/839 ; F-An/ F19 7048 ; F-An/ F19 7049 ; F-An/ H5/3610 ; F-An/ LL 232/ 40 ; F-An/ LL232/37/2 ; F-An/ Z/2/3109
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1781-2-12  / 1790-1-19
Lieux :  Cathédrale Notre-Dame (PARIS [ville])  
Fonction :  chantre (plain-chant)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : clerc    
Situation maritale : célibataire    

<<<< retour <<<<