Login
Menu et informations
FERREGU, Pierre (1735 ca-1792 ap.)
État civil
NOM : FERREGU     Prénom(s) : Pierre     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : FERREGUT
FEREGU
FAIRAIGU
FERAIGU
FÉRÈGES
FERREGES
Date(s) : 1735 ca  / 1792 ap.
Notes biographiques

• Pierre FERREGU est né vers 1735, où ?. Son patronyme est sujet à de nombreuses variations orthographiques sous les plumes des officiants et administrateurs, jusqu'à devenir parfois "Ferrège".

• Formation ? « Dès leur plus tendre enfance, ils sont attachés au service de l'église » ... Il a sans doute été enfant de choeur dans une psallette.

• [vers 1771] , Sens : Pierre FERREGU devient musicien à la cathédrale Saint-Étienne de Sens, à l'âge de 36 ans.

• Durant les années 1787-1789, et sans doute plus largement, il vient parfois chanter lors des cérémonies de la paroisse Sainte-Croix de Sens, en compagnie du sieur HAVARD. Il signe "Ferregu".

1790, Sens : Pierre FERREGU figure parmi les chantres de la cathédrale Saint-Étienne qui signent la supplique envoyée au comité ecclésiastique où ils expliquent que  « dès leur plus tendre enfance, ils sont attachés au service de l'église » et que leur éducation a été « consacrée uniquement pour un aussi respectable usage »… Il semble signer « Ferregu ». Il perçoit alors un traitement de 206 livres de gages plus des gratifications portant le total à 370 livres.

• 1791, Sens : Âgé de 56 ans, il sert depuis 20 ans dans cet établissement. Le département propose de lui accorder une pension de 200 livres.

• 1792, Sens : Pierre FERREGU figure toujours dans la liste des musiciens de la cathédrale, il est dit serpent.

Sources
F-Ad89/ BMS Ste-Croix de Sens ; F-Ad89/ L 685 ; F-An/ DXIX/092/790/06,14,15 ; F-An/ DXIX/092/790/35-36
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1771 ca  / 1792
Lieux :  Cathédrale Saint-Étienne (SENS)  
Fonction :  serpent (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : oui    
Ecclesiastique ? : non renseigné    
Situation maritale : non renseigné    

Sa formation dans une maîtrise est très probable (évoquée dans la supplique collective des musiciens de Sens).


<<<< retour <<<<