Login
Menu et informations
VATTIER, Étienne Michel Pierre (ca 1749-1793)

VATTIER, Étienne Michel Pierre (ca 1749-1793)

État civil
NOM : VATTIER     Prénom(s) : Étienne Michel Pierre     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : VATHIER
VASTIER
VATIER
Date(s) : 1749 ca  / 1793-10-13 
Notes biographiques

Étienne Michel Pierre VATTIER, originaire de Chartres, ancien amidonnier, exerce à la cathédrale Saint-Louis de La Rochelle en 1790, après un court passage à Elbeuf, puis à Poitiers, comme basse-contre du chapitre Sainte-Radegonde. Il finit sa vie à La Rochelle, comme sacristain et chantre de l'église paroissiale Saint-Barthélémy, voisine de la cathédrale.

• [Vers 1749], Chartres : Étienne Michel VATTIER serait né vers 1749 (selon l'âge indiqué à son décès), paroisse Saint-André. Il est fils de Claude Vattier et de Marie Anne Baudouin.
• [1756-1766 environ] : Aurait-il appris la musique dans une psallette chartraine ?

• Le 20 février 1775, Elbeuf [Seine-Maritime] : Dans l'église paroissiale Saint-Étienne, Étienne Michel VATTIER épouse Marguerite Reine Gaudu, fille d'un perruquier de la paroisse. Aucun métier n'est indiqué pour le jeune marié ni pour ses deux témoins, Jacques Antoine Nicolas Viel et Jacques Isambart. Le père du marié, qui a donné son consentement devant un notaire de Chartres, est dit "amidonnier de la paroisse de Saint-André de Chartres". Or le dossier de carrière d'Étienne Michel VATTIER nous apprend qu'avant d'exercer comme musicien, il était "amidonnier de son ancien métier", avant donc 1783. On peut supposer que son père lui avait transmis ce métier.
Aucun enfant Vattier ne vient au monde durant les mois et années suivants dans les deux paroisses d'Elbeuf. Probablement le jeune couple a-t-il assez rapidement quitté la ville.

• [Vers 1779, ?] : Un enfant naît, dont Étienne Michel VATTIER dit en 1791 qu'il n'est âgé que de 12 ans. C'est l'aîné de ses quatre enfants alors vivants.

• De novembre 1783 environ à décembre 1784 ou janvier 1785, Poitiers : Étienne Michel VATTIER est basse-contre à la collégiale Sainte-Radegonde pendant 14 mois.

• [Vers 1785], La Rochelle : Selon son dossier de carrière, Étienne Michel VATTIER entre alors au service de la cathédrale Saint-Louis vers 1785, comme basse-contre.

• Le 1er septembre 1785, Pierre Philippe, fils d'Étienne Michel VATTIER, alors musicien de la cathédrale, et de son épouse Marguerite Reine Gaudu, est baptisé à l'église paroissiale Saint-Barthélemy en présence d'autres musiciens : Jacques Bonaventure COLLET DE CHARMOY et son épouse qui est la marraine et Pierre Philippe MAUGÉ qui est le parrain.
Un autre enfant, une fille, est baptisée en la même église le 27 novembre 1786.

• En 1790, Étienne Michel VATTIER est toujours basse-contre de la cathédrale Saint-Louis de La Rochelle. Il le reste jusqu'à la fermeture du chapitre en novembre 1790.
Le 14 mai 1790, Étienne Michel VATTIER et ses collègues musiciens de la cathédrale Saint-Louis, CROUZET (maître de musique), CHARMOY, MAUGÉBOUYER, AUBRYMAUROYPERRIN, VINCHON, GAUDRION, BURDELOT et PAUVERT, adressent une pétition collective au Comité ecclésiastique afin d'obtenir des secours. Son traitement annuel est alors fixé à 300 livres.

• En 1791, le directoire du district fixe le traitement d'Étienne Michel VATTIER à 300 livres pour l'année. Le 23 avril, il adresse une supplique au Comité ecclésiastique pour obtenir un secours car il "se voit réduit à la plus grande misère". Il déclare avoir 42 ans et être chargé de 4 enfants. Il préfèrerait une gratification "une fois payée" plutôt qu'une pension car cela lui permettrait de "faire des avances que nécessite son retour à son ancienne profession" d'amidonnier. Pourtant il affirme "qu'entre autres infirmités, il a gagné en chantant une hernie qui l'empêche de vaquer à ses travaux pénibles".
Étienne Michel VATTIER n'a alors touché que 62 livres 10 sols depuis janvier, c'est pourquoi il effectue une demande d'acompte le 7 mai qui lui est accordé et reçoit le paiement de son troisième trimestre le 21 juillet.

• En 1792, Le 15 septembre "le citoyen VATTIER" demande une gratification en vertu de la loi du 1er juillet 1792. Le district décide de lui accorder une gratification totale de 700 livres. Ayant déjà touché la somme de 300 livres, il reçoit 400 livres le 3 novembre, en complément.
• Le 13 septembre 1792, La Rochelle : Étienne Michel VATTIER est nommé au poste de sacristain de l'église paroissiale Saint-Barthélémy, puisque Alexandre Marie SAUTEREAU quitte le poste pour "aller occuper une place dans le cœur de l'église de Saint-Pierre de Saintes". Ce qui signifie qu'il est en même temps chantre, puisque cela fait partie des fonctions du sacristain de cette église.

• Le 13 octobre 1793, La Rochelle : Étienne Michel VATTIER ("Vathier") décède à l'âge de 44 ans à son domicile, qualifié de sacristain de la paroisse Saint-Barthélémy. Sa femme Marguerite Reine Gaudu est encore de ce monde.

Mise à jour : 13 avril  2016

Sources
F-Ad17 / BMS Saint-Barthélemy ; F-Ad17/ 2 E 312/455* ; F-Ad17/ G 271 ; F-Ad17/ L 309 ; F-Ad17/ L 319 ; F-Ad17/ L 398 ; F-Ad76/ BMS Saint- Étienne ; F-An/ DXIX/056/196/02 ; F-An/ DXIX/091/778/01 ; F-An/ DXIX/093/816/27 ; F-An/ DXIX/103/778/13
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1785 ca  / 1790-11
Lieux :  Cathédrale Saint-Louis (LA ROCHELLE)  
Fonction :  basse-contre (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

Il est basse-contre au service de la cathédrale Saint-Louis de La Rochelle.


<<<< retour <<<<