Login
Menu et informations
MALLET, Anne Flore Suzanne (1745-1817)
État civil
NOM : MALLET     Prénom(s) : Anne Flore Suzanne     Sexe : F
Date(s) : 1745-2-17  / 1817-3-24
Notes biographiques

Anne-Flore MALLET est le parfait exemple des femmes musiciennes que l'enquête Muséfrem fait sortir de l'ombre. Fille, nièce, sœur, belle-sœur, cousine d'organistes, organiste elle-même, elle voit son destin professionnel et personnel considérablement infléchi par la Révolution qui lui fait perdre sans recours son poste d'organiste dans une abbaye bénédictine, poste qu'elle avait occupé durant un quart de siècle.

• 17 février 1745, Évreux : Anne-Flore Suzanne MALLET naît et est baptisée paroisse Saint-Nicolas. Elle est la fille de Louis-Jacques MALLET, organiste de la cathédrale, et de Suzanne Jugle. Son parrain est Louis-Jacques THIAU, le maître de musique de la cathédrale. On sait par ailleurs que son oncle paternel Robert Alexandre MALLET est lui aussi organiste, alors en poste à Rouen (il exercera ensuite à Honfleur et Montivilliers notamment). La fille de cet oncle, cousine germaine d'Anne Flore, donc, Marie Rosalie MALLET, deviendra elle aussi organiste.
On peut penser qu'Anne-Flore et sa sœur Anne Aimée sont formées à l'orgue par leur père, qui après Évreux occupe divers postes, dont celui de la cathédrale du Mans.
L'organiste du Mans Michel BOYER écrira plus tard à son sujet : "L’ancien organiste de la cathédrale avait transmis son talent à sa fille".
 
• [Vers 1765 ou 1767] Le Mans : Anne [Flore] Mallet devient organiste pendant 25 ans à l'abbaye bénédictine Saint-Julien du Pré au Mans. À peu près à la même période, vers fin 1765 ou début 1766, son père Louis Jacques MALLET devient organiste de la cathédrale St-Julien, succédant à Guillaume LE BOURDAIS, décédé en septembre 1765. Qui a le premier obtenu un poste au Mans, le père ou la fille ?

Sa jeune sœur Anne Aimée est quant à elle restée à Dreux, ou elle a succédé à leur père à la tribune de l'église Saint-Pierre. En 1772 elle y épouse un organiste, Jean Noël CHAILLOU, lui-même fils d'organiste.

• [Vers 1783-1785], Le Mans : Son père Louis Jacques MALLET devient peu à peu infirme. Ce n'est pas elle qui le supplée, mais un amateur, le marquis de Flers, avant qu'il ne soit remplacé provisoirement par Michel BOYER, de fin juin 1785 à mi décembre 1785, et enfin par René COINDON, à partir de février 1786. Son père meurt au Mans le 22 juin 1786.

• [1790], Le Mans : Anne-Flore MALLET est toujours organiste de l'abbaye bénédictine Saint-Julien du Pré, elle déclare occuper ce poste "depuis 25 ans" (soit depuis 1765 environ, mais le chiffre total de ses années de service a peut-être été arrondi) et toucher 300 livres de gages annuels plus le casuel. Elle est mentionnée dans la liste des religieuses de l'abbaye du Pré adressée au Comité ecclésiastique (en fait elle n'est pas religieuse, mais "affiliée" à l'abbaye). Elle adresse une supplique aux administrateurs du district du Mans afin d'obtenir un traitement, une pension ou une gratification.

• 14 janvier 1791, Le Mans : Les administrateurs du district estiment qu'il faut lui accorder une pension viagère de 100 livres étant donné qu'elle n'a d'autre ressource pour vivre que son état.
• 25 janvier 1791, Le Mans : Le directoire du département de la Sarthe examine sa demande en même temps que celles de 7 autres musiciens, Nicolas BESNARD, Nicolas BOUTELOU, Joseph DORIZE, Pierre GOUPIL, François MARC, François PRÉVOST et une autre organiste femme, Françoise Adélaïde VEIMRINGER. Il accorde à la delle MALLET un mandat de 56 livres 5 sols, à titre de provision alimentaire.

• [courant 1794], Le Mans : Un état administratif la dit organiste, touchant une pension de 300 livres… et la qualifie de "paisible", c'est-à-dire non impliquée dans les luttes politiques.
• Octobre 1794, Le Mans : Anne-Flore MALLET publie dans la presse une annonce proposant de prendre des fillettes en pension et de leur enseigner la musique. Elle s'est installée rue de l'Union, dans le tout nouveau quartier en cours de lotissement du champ des casernes [vers l'actuelle rue Auvray].
• Novembre 1794, Le Mans : Elle met en vente un beau et grand clavecin à ravalement et piano.

• En novembre-décembre 1797 (frimaire an VI) : Le recensement mentionne une certaine “MÉRELLIN [ou MÉRETTIN], fille, 55 ans, organiste à la cy devant abbaye du Pré, pauvre” vivant chez la veuve Ranvoisé, 70 ans, fileuse et propriétaire, à la Croix Herreau, rive droite. Or à la même adresse en messidor an VIII (juin-juillet 1800) vit une Anne MÉRÉTIN, sans état, 51 ans : sans doute est-ce la même personne lors des deux recensements.
Malgré la relative similitude des âges, il ne peut pas s'agir d'Anne-Flore MALLET qui, au même moment, est domiciliée rue de l'Union.

• Été 1800, Le Mans : Anne-Flore MALLET, 55 ans, est recensée rue de l'Union, avec sa mère, Suzanne Jugle, institutrice, âgée de 78 ans et dite "depuis 33 ans au Mans" (soit depuis environ 1767), et avec la veuve Fontaine, 67 ans, "leur aide" (recensement an VIII).

• 24 mars 1817, Sainte-Croix [commune limitrophe du Mans, qui sera ensuite absorbée par la ville] : Anne MALLET meurt à l’hospice des incurables. Son ancien état professionnel n'est pas indiqué.

Mise à jour : 13 mars 2017

• • • Bibliographie :
     Sylvie GRANGER, « Femmes organistes en Sarthe au temps de la Révolution », La Vie Mancelle et Sarthoise, n°431, octobre 2013, p. 16 à 20.

Sources
F-AD27/BMS Évreux St-Nicolas ; F-AD72/ état-civil en ligne, Sainte-Croix, décès 1817 ; F-Ad72/ 111 AC 1551 / 1 (2) ; F-Ad72/ L 31/2 ; F-Ad72/ L 375/2 ; F-Ad72/ L 530 ; F-An/ DXIX/006/093/41 ; F-BM Le Mans/Affiches et Annonces du Mans ; F-Méd Le Mans/ Maine 2423
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  1765 ca  / 1790-12
Lieux :  Abbaye Saint-Julien-du-Pré (LE MANS)  
Fonction :  organiste (Église)  
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : célibataire    

<<<< retour <<<<