Login
Menu et informations
BADE (1777 av.-1792 ap.)
État civil
NOM : BADE     Sexe : M
Date(s) : 1777 av.  / 1792-6-14 ap.
Notes biographiques

Le sieur BADE (dont le prénom n'est pas donné dans les documents administratifs le concernant en 1790-1792) est en 1790 organiste de l'église paroissiale Notre-Dame d'Arreau [Hautes-Pyrénées].

La localité d'Arreau, qui culmine à 700 m d'altitude, est située dans la vallée d'Aure, au confluent de la Neste d'Aure et de la Neste du Lauron, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Tarbes. Elle relevait sous l'Ancien Régime de la sénéchaussée d'Auch puis devient chef-lieu de canton en 1790. La commune compte 854 habitants en 1793. L'église paroissiale avait d'abord été placée sous le vocable de sainte Catherine puis sous celui de Notre-Dame au XVIIIe siècle avec la construction d'un retable (atelier Ferrère) représentant l'Assomption de la Vierge.

Dans la supplique qu'il rédige à l'attention du directoire de district en 1792, le sieur BADE donne quelques indications sur sa jeunesse et ses origines : il dit être issu d'un milieu où "de temps immémorial, lui ou les siens se sont constamment occupés du jeu [de l'orgue] pendant les offices divins". Il précise en outre qu'"il a consacré une partie de sa jeunesse et de son bien pour se rendre capable de remplir cette place". Cela pourrait signifier qu'il a été formé jeune et au prix de sacrifices financiers, soit parce que, enfant de chœur quelque part, il ne pouvait donc gagner sa vie ou se former à un autre métier, soit parce qu'il lui a fallu se payer des leçons ? (ce qui semble être un peu contradictoire avec le fait que "lui et les siens" s'occupaient de l'orgue "de temps immémorial"...)
 
• [Vers 1777], BADE entre au service de l'église Notre-Dame d'Arreau, où il est chargé de s'occuper du jeu de l'orgue pendant les offices ainsi que des réparations à apporter à l'instrument. 
Son traitement est payé sur les revenus de la ville.

• Après 1790, les revenus de la ville dont il bénéficiait ont été supprimés.
• [1790] : Il fait une première demande de pension auprès du directoire de district, manifestement demeurée sans succès.

• Le 30 mars 1792, BADE fait auprès du directoire de district de la Neste une demande de pension s'élevant à 100 livres par an. Il en fait la demande à titre de retraite, tout en indiquant qu'il est resté au service de l'église Notre-Dame d'Arreau durant quinze ans. Il ne précise pas la date exacte à laquelle il aurait cessé d'exercer, ni ce qu'il aurait éventuellement fait avant d'entrer en fonction à Arreau.

Le sieur Bade explique que seule la promesse d'un avenir assuré a motivé sa stabilité à Arreau. Il indique cependant un peu plus loin qu'il est "irrévocablement attaché à sa place comme les autres organistes à celles qu'ils occupaient".
 
La supplique est vue par les administrateurs le 14 juin 1792. Ceux-ci estiment qu'ils doivent aider la ville d'Arreau à s'assurer les services d'un organiste. Ils émettent alors l'avis qu'il soit versé une pension de cinquante livres à vie au sieur Bade, à charge pour lui de continuer ses fonctions d'organiste.

Sources
F-Ad65/ L 713/29
Module MUSEFREM : situation en 1790
Période :  [1777 ca]  / 1792
Lieux :  Église Notre-Dame (ARREAU)  
Fonction : 
Formation ? :  Non
Formation maîtrisienne attestée : non renseigné    
Ecclesiastique ? : laïc    
Situation maritale : marié    

<<<< retour <<<<