Login
Menu et informations
MOULINIÉ, Étienne : AIRS À 4 ET 5 PARTIES AVEC LA BASSE CONTINUE, VI

MOULINIÉ, Étienne : AIRS À 4 ET 5 PARTIES AVEC LA BASSE CONTINUE, VI

Titre uniforme :
AIRS À 4 ET 5 PARTIES AVEC LA BASSE CONTINUE, VI
Autorité(s) principale(s) :
Source(s) du recueil :
Source musicale A

[INCOMPLET]
VI. LIVRE D'AIRS/ A QUATRE PARTIES./ Avec la Basse-Continuë./ PAR ESTIENNE MOULINIÉ/ cy-devant, Chef ordinaire de la Musique de feu/ Son Altesse Royale Monseigneur le Duc d'Orleans :/ Et à present Maistre de la Musique/ des Estats de Languedoc.
Paris, Robert Ballard, 1668
parties séparées, 2 vol. conservés sur 5 (dessus, haute-contre ; taille, basse-contre et basse continue non localisés), in-8° oblong, 85 x 135 mm, 23-[1] f. (chaque vol.)
- F-Pc/ Rés 865 [dessus]
- F-Pn/ Rés Vmf 71 (8) [haute-contre ; ex-libris Alfred Cortot ; non signalé dans RISM]

Note(s) sur la source musicale A

Guillo, Ballard/ 1668-M
Guillo, Ballard/ c.1697-A [pour l'exemplaire F-Pn/ Rés Vmf 71 (8)]
RISM A.I/ M 3951

Titre du recueil pris à la partie de haute-contre ; le titre de la partie de dessus ne comporte pas le numéro du livre :
«AIRS/ A QUATRE PARTIES./ Avec la Basse-Continuë./ PAR ESTIENNE MOULINIÉ/ cy-devant, Chef ordinaire de la Musique de feu/ Son Altesse Royale Monseigneur le Duc d'Orleans :/ Et à present Maistre de la Musique/ des Estats de Languedoc.»

Dans cette partie de dessus, le cahier A est relié après les cahiers B et C, ce qui cause des confusions dans la foliotation et les renvois de la table, conforme à l'ordre initialement prévu du recueil, respecté dans la partie de haute-contre ; le numéro de f. 6 n'est pas imprimé dans l'exemplaire de la partie de dessus F-Pn/ Rés 865. Enfin, la partie de haute-contre comporte quelques variantes et corrections dans les textes poétiques ; tous ces éléments permettent de penser que la partie de haute-contre appartient à un nouveau tirage contemporain de Robert Ballard, voire de Christophe Ballard (vers 1697) ; voir à ce sujet Guillo, Ballard/ c.1697-A.

Contient (d'après la partie de haute-contre ; tous les airs sont à 4 voix et basse continue) :

- f. [1] [titre]
- f. [1v] [blanc]
- f. [2-3] «A MESSEIGNEURS/ MESSEIGNEURS/ DES ESTATS/ DE LA PROVINCE DE LANGUEDOC, [...]», épître dédicatoire, signée Étienne Moulinié

[Airs :]
[ 1] - f. [3v]-4 Cedez à mes charmes divers
[ 2] - f. 4v-5 Cachez-nous vos clartez
[ 3] - f. 5v-6 Toy qui fais naistre toutes choses
[ 4] - f. 6v-7 Paissez l'herbe & les fleurs
[ 5] - f. 7v-8 Chere Philis, ne m'en aymez pas moins
[ 6] - f. 8v-9 Pressé de ses ennuys secrets
[ 7] - f. 9v-10 Pourquoy vous offencer, injuste Celimeine
[ 8] - f. 10v-11 Que je vous ayme, Helas ! tout le monde le dit
[ 9] - f. 11v-12 Chantez Bergers, chantez Bergeres
[10] - f. 12v-13 Quoy ? vous avez pû me changer
[11] - f. 13v-14 Les beautez de Philis, Amarante & Cloris
[12] - f. 14v-15 J'ayme Philis, & j'ayme Celimeine
[13] - f. 15v-16 La voix d'Iris, a des attraits puissans
[14] - f. 16v-17 Zephirs, retenez vostre haleine
[15] - f. 17v-18 Belle Iris, vos yeux adorables
[16] - f. 18v-19 Ne jurez plus, Iris, que jamais vostre coeur
[17] - f. 19v-20 O Doux someil ! que tes songes aymables
[18] - f. 20v-21 Laisse-moy feindre
[19] - f. 21v-22 De la douleur dont mon ame est atteinte
[20] - f. 22v-23 Clori sobr' el lido del mar

- f. 23v-[24] «TABLE DES AIRS DE M. MOULINIÉ. [...]»
- f. [24v] «EXTRAIT DU PRIVILEGE. [...]» accordé à Robert Ballard, daté du 24 octobre 1639

Description :
5 volumes 8° oblong, 85 x 135 mm. DESSVS, HAVTE-CONTRE : 23-[1] f., A-C8. Taille, Basse-contre et Basse-continue : non localisés. Titre dans l'encadrement EPA. Musique notée (type PMF), portées de 114 mm. Lettrines, frises, fleurons, culs-de-lampe, titre courant. Ligne de pied : AIRS DE MOVLINIE'.

[dédicace :]
«A MESSEIGNEURS/ MESSEIGNEURS/ DES ESTATS/ DE LA PROVINCE DE LANGUEDOC,/ Convoquez en la Ville de Montpelier,/ l'An mil six cens soixante-sept.
MESSEIGNEURS,
Je ne puis laisser sortir de mes mains, pour entrer dans les vostres, les Motets que j'ay pris la liberté d'offrir à la Province, sans les accompagner de quelques uns de mes Airs, qui ont pris naissance dans son sein, & qui ont fait une partie de son plaisir, & de sa joye, pendant la tenuë de ses derniers Estats. On ne peut pas estre toûjours appliqué aux actions serieuses ; & il est bien juste qu'en faisant l'ouverture de ses seances par les augustes Ceremonies de l'Eglise, dans la solemnité de ses Pompes ; elle se relasche un peu dans la suite, dans les plaisirs innocents d'une Musique plus delicate : La premiere est plus majestueuse, & plus grave ; L'autre plus flatteuse, & plus tendre : Et si l'une inspire & nourrit la Pieté, & la Religion ; L'autre soustient la conversation, & la societé civile, & toutes deux se rendent dans leur Art esgalement maistresses des coeurs, & des esprits des hommes. Je vous offre, MESSEIGNEURS, avec un mesme zele le peu de talent que j'ay pour l'une, & pour l'autre ; Vous suppliant de le vouloir agréer, & d'estre persuadez que je n'auray jamais d'inclination plus forte, que de respondre par mes soins, & par les effets de mon tres fidele service, à l'honneur que vous m'avez fait de me choisir pour Maistre de vostre Musique, dont je tascheray de meriter la qualité, avec autant de justice, que j'en ressens la grace avec un profond respect, & une reconnoissance tres-entiere
DE VOS GRANDEURS,
MESSEIGNEURS,
Le tres-humble, tres-obeïssant,
& tres-fidelle serviteur,
ESTIENNE MOULINIÉ.»

Autres remarques :
- Table alphabétique ; l'incipit de la pièce 20 est rejeté à la fin sous la rubrique «AIR ESPAGNOL.» ;
- les pièces 1 et 2 sont extraites du Ballet de l'hiver (dansé avant 1668), commandé par Charlotte Séguier, duchesse de Sully puis de Verneuil, seconde fille du chancelier Pierre Séguier [voir notes noms cités]; les incipit de ces deux airs sont classés parmi les airs ordinaires à la table ; seuls les titres courants mentionnent leur appartenance à ce ballet.

Édition recueillie par Christophe Ballard vers 1697 (voir Guillo, Ballard/ c. 1697-A). Ce recueil contient tous les volumes d'airs cités dans les catalogues et dans le même ordre, sauf celui d'Arcadelt qui manque ; il n'est précédé d'aucune page de titre particulière. Il est donc extrêmement probable qu'il s'agisse d'un de ces recueils constitués vers 1697 par Christophe Ballard pour écouler ses vieux stocks de livres d'airs, et non pas d'un recueil constitué par un amateur]

Dépouillement (sigle RISM/ cote)

F-Pn/ Rés Vmf 71 [ 8]
F-Pc/ Rés 865

Lieu(x)

PARIS
MONTPELLIER

Note(s) lieu(x)

PARIS : ville d'édition de la source musicale A
MONTPELLIER : d'après l'épître dédicatoire, lieu d'exécution des airs (tout ou partie) par la Province du Languedoc, «pendant la tenuë de ses derniers Estats», à Montpellier ; voir notes source musicale A

Date(s)

1668
1667
1639.10.24
1697 ca

Note(s) date(s)

1639.10.24 : privilège imprimé à la fin de la source musicale A
1667 : exécution des airs (tout ou partie) par la Province du Languedoc, «pendant la tenuë de ses derniers Estats», à Montpellier, d'après l'épître dédicatoire ; voir notes source musicale A
1668 : édition source musicale A
1697 ca : date de réémission de la source musicale A par Christophe Ballard [voir notes source musicale A]

Nom(s) cité(s)

VERNEUIL, Gaston-Henri de Bourbon [1601-1682] , duc de
VERNEUIL, Charlotte Séguier [1622-1704], duchesse de
BALLARD, Christophe [1641-1715]

Note(s) nom(s) cité(s)

BALLARD, Christophe : éditeur de la réémission de la source musicale A en 1697

Guillo note (voir L. Guillo, Pierre I Ballard et Robert II Ballard : imprimeurs du roy pour la musique (1599-1673), Liège, Mardaga, 2003, II, p. 680).
«La commanditaire du Ballet de l'Hyver est Charlotte Séguier, seconde fille du chancelier, duchesse de Sully puis de Verneuil.»

Charlotte Séguier a bien épousé Gaston-Henri de Bourbon, duc de Verneuil, mais seulement le 29 novembre 1668. Le Ballet de l'Hiver a été dansé en 1667. Il semble donc plus probable que le commanditaire a été le duc lui-même, avant son mariage. Le texte d'un des airs («Cédez à mes charmes divers») de Moulinié confirme l'adresse au duc :

«Cédez à mes charmes divers,
...
Mais dans tout le cours de l'année,
Quel est le temps, Automne, Esté, Printemps,
Quel est le temps qui vaut cette journée ;
C'est moy qui réjouïs
Le fils d'Henry le Grand,
Et l'oncle de Louys.

Les Jeux, les Graces & l'Amour,
Qu'on ne voyoit plus en Province,
Pour ne faire la cour,
Qu'à nostre aymable Prince,
Sont en celle-cy de retour.
Mais, &c.»

Dédicataire(s)

LANGUEDOC, États généraux du

Éditeur(s) / Graveur(s) / Libraire(s)

BALLARD, Robert [1610 ca-1673]

Référence(s) bibliographique(s) :
Bibliographie :

Cat. 1683
Inv. 1750 (3 + 11 ex.)

Informations sur la notice :

Notice créée par Laurent Guillo (mars 2007).

Date de référence :

<<<< retour <<<<