Login
Menu et informations
BOYER, Jean : AIRS MIS EN TABLATURE DE LUTH

BOYER, Jean : AIRS MIS EN TABLATURE DE LUTH

Titre uniforme :
AIRS MIS EN TABLATURE DE LUTH
Autorité(s) principale(s) :
Source(s) du recueil :
Source musicale A

AIRS/ DE JEAN BOYER/ PARISIEN,/ MIS EN TABLATURE DE LUTH/ PAR LUY MESME.
Paris, Pierre Ballard, 1621
voix et tablature, in-4°, 220 x 170 mm, 29-[1] f.
F-Pc/ Rés 59 [prov. L. Bizeau]

Note(s) sur la source musicale A

Guillo, Ballard/ 1621-D
Durosoir/ 082
RISM A.I/ B 4182

Contient :

- f. [1] [titre]
- f. [1v] «A TRES-HAUTE, TRES-ILLUSTRE, /ET TRES-VERTUEUSE PRINCESSE,/ MADAME ANNE DE LORRAINE [...]», épître dédicatoire à Anne de Lorraine, duchesse de Nemours, par [Jean] Boyer
- f. [2] «SUR LES AIRS DE M. BOYER./ STANCES. [...]», signées D. I.

[Airs :]
[ 1] - f. [2v]-3 Puisque je recognois vostre humeur variable
[ 2] - f. 3v-4 Amour puis que les feux
[ 3] - f. 4v-5 A ce coup mes maux sont finis
[ 4] - f. 5v-6 D'où vient que ces beaux yeux
[ 5] - f. 6v-7 Sombres forests, noires vallées
[ 6] - f. 7v-8 Blessé des traits de ta vive prunnelle
[ 7] - f. 8v-9 Je n'ay rien veu dessous les Cieux
[ 8] - f. 9v-10 La beauté pour qui je soupire
[ 9] - f. 10v-11 Ce n'est plus vostre amour
[10] - f. 11v-12 En vain j'importune les cieux
[11] - f. 12v-13 Puis que tes baisers pleins d'appas
[12] - f. 13v-14 Voyci des vrays amants
[13] - f. 14v-15 Beaux yeux divins qui voyés dans mon coeur
[14] - f. 15v-16 Chacun selon sa fantaisie
[15] - f. 16v-17 Ces soleils, flambeaux de mon ame
[16] - f. 17v-18 Je me rids bien d'une bergere
[17] - f. 18v-19 Nous sommes, ou ne sommes pas
[18] - f. 19v-20 Justes Dieux à mes maux
[19] - f. 20v-21 A l'ombre d'un penchant boccage
[20] - f. 21v-22 Rochers eslevés sur la nuë
[21] - f. 22v-23 Si j'ay du dueil en mon ame
[22] - f. 23v-24 Ces yvrongnes venant de faire une aspre guerre
[23] - f. 24v-25 Si j'ayme autre que vous
[24] - f. 25v-26 Au lieu d'apaiser ma tristesse
[25] - f. 26v-27 Entre un espoir douteux
[26] - f. 27v-28 Dans le lit de la mort
[27] - f. 28v-29 Du ciel les portes sont ouvertes

- f. 29v «TABLE/ DES AIRS DE JAN BOYER. [...]»
- f. [30] «EXTRAIT DU PRIVILEGE. [...]» accordé à Pierre Ballard, daté du 16 octobre 1611]
- f. [30v] [blanc]

Description :
1 volume, in-4°, 220 x 170 mm, 29-[1] f., A-G4H2, erreurs de foliotation. Musique notée (types MMO et TLE), portées de 134 mm. Lettrines, bandeau, frises, fleurons, culs-de-lampe, titre courant. Ligne de pied : AIRS DE BOYER.

Pièces liminaires :
[dédicace :]
«A TRES-HAUTE, TRES-ILLUSTRE,/ ET TRES-VERTUEUSE PRINCESSE,/ MADAME ANNE DE LORRAINE,/ Duchesse de Genevoys, de Nemours, de Chartres,/ & d'Aumalle. &c.
MADAME,
Les premiers Airs que j'ay mis au jour sous le favorable nom de MONSEIGNEUR, ayant esté agréez d'un chacun à son imitation, J'ay ose faire paroistre ceux cy sous la faveur de vostre grandeur, m'aseurant puis-que MONSEIGNEUR et vous, MADAME, avés daigné prendre plaisir les oyant reciter, vous auriés ausi agreable que le les feisse voir au public sous l'adveu de vostre Illustre nom ; qui leur causera ce bon-heur d'estre bien reçeus de ceux qui cherissent la vertu, sçachans qu'une Princesse si vertueuse en aura fait quelque estime. C'est le fruit que j'en espere, MADAME, & que vous recognoissiés par ce peu de labeur l'affection que j'ay d'estre toute ma vie,
MADAME,
DE VOSTRE GRANDEUR,
Le tres humble, et tres-obeissant
serviteur.
BOYER.»

«SUR LES AIRS DE M. BOYER.
STANCES.
Les Airs, BOYER, premiers nays de ta Muse
Estoyent enfans, qui braves : mais sans ruse
N'ont rien produit sinon
Le vain espoir de se faire cognoistre,
Et qu'au seul bruit que tu les as fait naistre,
Ils auroyent du renom.

Mais maintenant que pere tu maries
Le charme-doux de leurs chansons cheries
A ton Luth amoureux ;
Ce seront Airs, qui germeront ensemble
Tous les plaisirs qu'à grans peine on assemble
Pour rendre l'homme heureux.

Le jeu, le rids, et les ebats de Flore
Seront joyeux de se sentir esclore
De si rares concerts :
Les amours mesme y r'allumans leurs flames
En feront vivre et trespasser les ames
Par des efféts divers.

Bref (ce qui plus te doit donner courage
D'aller toujours augmentant ton ouvrage,
BOYER, comme tu fais)
Ces Airs divins dignes du chant des anges
T'enfanteront mile et mile loüanges
Qui ne mouront jamais.
D.I.»

Remarques :
- Table alphabétique ; sont regroupés à la fin les incipit des pièces 12, 17 et 22 (sous la rubrique «BALLETS.» ; voir détails infra), 23 et 24 (sous «DIALOGUES.»), 25 («PSEAUME XLII.»), 26 et 27 («PRIERES.») ;
- la pièce 12 est extraite d'un ballet non identifié, la pièce 17 probablement du Ballet fait par M. de Nemours (20 février 1618) ; cf. VERCHALY Ballets, McGOWAN p. 283 ; la pièce 22 est extraite du Ballet des ivrognes (18 février 1620) ;
- erreur de foliotation (f. [26] folioté «22», f. [28] folioté «24» ; corrections ms. de ces erreurs dans F-Pc/ Rés 59).

Autres exemplaires :
- F-C/ E 1465 (8)
- NL-DHgm/ Kluis B 18

Dépouillement (sigle RISM/ cote)

F-Pc/ Rés 59
F-C/ E 1465 [ 8]
NL-DHgm/ Kluis B 18

Voir aussi

JBo.recueil.01 (qui contient trois pièces communes)

Lieu(x)

PARIS

Note(s) lieu(x)

PARIS : ville d'édition de la source musicale A

Date(s)

1621
1611.10.16

Note(s) date(s)

1611.10.16 : privilège imprimé à la fin de la source musicale A
1621 : édition source musicale A

Nom(s) cité(s)

D. I.

Note(s) nom(s) cité(s)

Le recueil est dédié à Anne de Lorraine, duchesse de Nemours, épouse d'Henri de Savoie, duc de Nemours, à qui Boyer dédia son 1er Livre d'airs à 4 parties (Paris, Ballard, 1619 ; voir JBo.recueil.01)

D. I. : auteur des stances liminaires

Dédicataire(s)

NEMOURS, Anne de Lorraine [1600 ca-1638], duchesse de

Éditeur(s) / Graveur(s) / Libraire(s)

BALLARD, Pierre [1581 ca-1639]

Référence(s) bibliographique(s) :
Bibliographie :

Cat. Huygens n° II
CHARBON II p. 35
STOLL 34

Cote CMBV

CMBV/ ARC BOYE 03 [F-Pc/ Rés 59]

Informations sur la notice :

Notice créée par Laurent Guillo (mars 2007).

Date de référence :

<<<< retour <<<<