Login
Menu et informations
BOESSET, Antoine (1587-1643) [d'après] : ODES CHRÉTIENNES ACCOMMODÉES AUX PLUS BEAUX AIRS

BOESSET, Antoine (1587-1643) [d'après] : ODES CHRÉTIENNES ACCOMMODÉES AUX PLUS BEAUX AIRS

Titre uniforme :
ODES CHRÉTIENNES ACCOMMODÉES AUX PLUS BEAUX AIRS
Source(s) du recueil :
Source musicale A

ODES CHRESTIENNES/ ACCOMMODEES AUX PLUS/ beaux Airs a quatre & cinq parties,/ DE GUEDRON, ET DE BOESSET.
Paris, Pierre Ballard, 1625
partie de taille seule conservée, in-8° oblong, 90 x 130 mm, 30-[1] f. et [1] f. blanc
D-Rp/ BH 6016 [microfilm à F-Pn/ Vm micr 304]

Note(s) sur la source musicale A

Guillo, Ballard/ 1625-A
Durosoir/ non signalé
RISM B.I/ 1625.05

Ce recueil regroupe des contrafacta catholiques ou parodies spirituelles catholiques, qui réutilise le matériau musical d'airs à 3, 4 et 5 parties de Guédron et Boesset d'origine jésuite (l'auteur figure au départ de chaque parodie), publiés entre 1612 et 1621 ; les concordances avec les sources profanes sont précisées entre crochets dans le contenu qui suit.

contient :

- f. [1] [titre]
- f. [1v] [blanc]
- f. [2-3] «AU LECTEUR. [...]», avis anonyme, probablement de Pierre Ballard

[Airs :]
[ 1] - f. [3v]-4 Boesset Grand Dieu si dés vostre naissance (à 3) [Quelle merveilleuse aventure]
[ 2] - f. 4v-5 Guédron Pendant que j'ay dans mes mains (à 4) [Où sont nos palais dorés]
[ 3] - f. 5v-6 Guédron Qu'ay-je fait ! (coeur ingrat) il m'a veu celuy mesme [à 2 ?] [Quel subit changement quelles dures nouvelles]
[ 4] - f. 6v-7 Guédron Ce superbe vainqueur qui jadis par surprise (à 4) [Enfin le juste ciel à mes voeux pitoyable]
[ 5] - f. 7v-8 Guédron En fin le terme est expiré (à 4) [Enfin le ciel a retiré]
[ 6] - f. 8v-9 Boesset Est-ce pas toy chere lame (à 5) [Celle qui tient ma franchise]
[ 7] - f. 9v-10 Guédron Quoy mort ? tu veux percer le coeur (à 5) [Donc cette merveille des cieux]
[ 8] - f. 10v-11 Guédron Quoy mort ? tu veux percer le coeur (à 4) [Karite de qui le bel oeil]
[ 9] - f. 11v-12 Guédron Antres affreux, lieux solitaires (à 4) [Doncques par force tu pourchasses]
[10] - f. 12v-13 Guédron De quoy ne peut estre vainqueur (à 4) [Grand roi qui portes en tous lieux]
[11] - f. 13v-14 Guédron Les douleurs inhumaines (à 4) [Misérable Cléandre]
[12] - f. 14v-15 Guédron Les douleurs inhumaines (à 4) [Adorable princesse]
[13] - f. 15v-16 Boesset Que je veux mal à ce peintre fantasque (à 4) [Fut-il jamais une rigueur pareille]
[14] - f. 16v-17 Guédron O Bien heureuse nouvelle (à 5) [Quoi que l'on me puisse dire]
[15] - f. 17v-18 Boesset Mortels pourquoy, jour & nuit (à 4) [Quelle colère des cieux]
[16] - f. 18v-19 Guédron Broutez, brebis, l'herbe en cette plaine (à 4) [Sus bergers et bergerettes]
[17] - f. 19v-20 Boesset Conseille moy mon coeur (à 4) [Qui vit jamais amant]
[18] - f. 20v-21 Guédron Sortez ô desespoirs, de ma triste pensée (à 5) [Je ne m'étonne pas si l'amour pour la terre]
[19] - f. 21v-22 Boesset Sortez ô desespoirs, de ma triste pensée (à 4) [Qu'ont servi tant de pleurs]
[20] - f. 22v-23 Boesset Adieu monde à jamais ; pour Dieu seul je suis né (à 5) [J'avais brisé mes fers et pris déjà congé]
[21] - f. 23v-24 Boesset Il y a donc dedans les cieux (à 5) [Si c'est un crime que l'aimer]
[22] - f. 24v-25 Boesset Que je veux mal à ce peintre fantasque (à 5) [Je voudrais bien ô Cloris que j'adore]
[23] - f. 25v-26 Guédron Ça donnons à tous nos sens (à 4) [Quelle source de malheurs]
[24] - f. 26v-27 Guédron Il fait beau voir les fleurs (à 4) [Quel espoir de guarir]
[25] - f. 27v-28 Boesset La terre descouvre son sein (à 5) [La terre s'émaille de vert]
[26] - f. 28v-29 Boesset Bien loin des cours & de la pompe des plus grands Roys (à 4) [Heureux séjour de Parthénisse et d'Alidor]
[27] - f. 29v-30 Guédron Dy moy de grace, ô belle source (à 4) [Il est vrai Cloris que j'adore]

- f. 30v-[31] «TABLE/ DES ODES CHRESTIENNES. [...]» [ordre alphabétique]
- f. [31v] «EXTRAIT DU PRIVILEGE. [...]», accordé à Pierre Ballard, daté du 28 juillet 1623

Description :
4 volumes, in-8° oblong, 90 x 130 mm. TAILLE : 30-[1]-[1 bl.], A-D8. Dessus, Haute-contre et Basse : non localisés. Titre dans l'encadrement EOOMP. Musique notée (type PMF), portées de 111 mm. Lettrines, frises, fleurons, culs-de-lampe. Ligne de pied : Odes Chrestiennes. [NOM DE LA PARTIE].

Pièce liminaire :
«AU LECTEUR.
La musique, ayant cecy de commun avec tous les autres Arts, quelle est tenüe de porter les hommes à la cognoissance & à l'amour de leur createur, a ce particulier avantage pour s'acquitter de cette obligation, qu'elle manie puissamment toutes nos passions par le moyen d'une secrette intelligence, qu'ont eu de tout temps ses accords avec les mouvements de l'ame. Mais comme ces tons ne sont point assez articulez & intelligibles d'eux-mesmes, elle est contrainte de les allier à quelques paroles, qui facent entendre à l'esprit ce qu'ils expriment aux oreilles. D'où vient que s'attachant indifferemment a toutes sortes de paroles, elle rencontre souventefois fois des vers, ou deshonnestes, ou , ou vains, qui, la destournant de sa fin, la desbauchent entierement, & la font pecher par compagnie, l'engageant à la suite de la volupté, qui s'en sert pour effeminer les plus masles courages. C'est ce qui a rendu les Airs si suspects à tant de belles ames, qui ne respirant que l'amour de Dieu, ne peuvent voir de bon oeil les vers qui traitent de la vanité, ou prester l'oreille aux Airs qui leur parlent de quelque autre amour que ce soit. Ceux cy portent un tiltre sur le front, qui leve ce soupçon, & se promettent en qualité d'airs chrestiens, un favorable accueil des personnes qui mettent toute leur gloire en ce mesme tiltre. Les vers, avec lesquels ils se sont joints, ne peuvent souffrir qu'on accuse les vers en general d'avoir trahy la Musique, la retirant du service de Dieu, pour la mettre aux gages du vice : (Vers qui n'estoyent jadis employez qu'a la loüange de la Divinité, qu'à l'explication des mysteres, qu'à la publication des oracles : qui ne se retrouvoyent jadis que dans la bouche des Prophetes, que dans les livres des Sibylles, que sur les tables des autels) Mais maintiennent que ce blasme ne doit estre donné qu'à quelques vers degenerants, qu'ils desavouent & condamnent, & conseillent aux Airs & à la Musique de renoncer à toutes les associations qui ont esté entre eux & elle, pour contracter une alliance inseparable avec ceux, qui s'offrent à la remettre dans le chemin qui la conduit à la fin, qui n'est autre que la gloire de Dieu, & le bien des hommes. C'est le dessein de ce petit ouvrage, dans lequel le Lecteur trouve quelque satisfaction, je le conjure d'en donner l'honneur à Dieu, qui est l'Autheur de toute bonne entreprise. Que si au contraire il rencontre quelque chose, qui luy blesse les yeux, ou luy offence les oreilles, je m'asseure qu'il pardonnera facilement à celuy qui n'a jamais eu dessein de luy desplaire. Adieu.»

Remarques :
Tout comme pour le Dodécacorde de Le Jeune de 1618, la version parodiée reprend une forme matérielle similaire à celle des recueils dont sont extraites les sources musicales : la structure, la mise en page et l'ornementation typographique de l'ouvrage sont conformes à celles des livres d'airs contemporains de Guédron ou de Boesset. Les sources profanes sont données d'après LAUNAY p. 217-220.

Dépouillement (sigle RISM/ cote)

D-Rp/ BH 6016
F-Pn/ Vm micr 304

Lieu(x)

PARIS

Note(s) lieu(x)

PARIS : ville d'édition de la source musicale A

Date(s)

1625
1623.07.28

Note(s) date(s)

1623.07.28 : privilège imprimé à la fin de la source musicale A
1625 : édition source musicale A

Éditeur(s) / Graveur(s) / Libraire(s)

BALLARD, Pierre [1581 ca-1639]

Référence(s) bibliographique(s) :
Bibliographie :

PACKER, Dorothy S.
«Collections of Chaste Chansons for the Devout Home (1613-1633)»
Acta Musicologica, LXI/ II (mai-août 1989), p. 209

Cat. Minimes p. 124
PACKER Chansons p. 209
LAUNAY p. 214-223 (titre reproduit)

Informations sur la notice :

Notice créée par Laurent Guillo (mars 2007).

Date de référence :

<<<< retour <<<<