Login
Menu et informations
BOESSET, Antoine (1587-1643) : AIRS AVEC TABLATURE DE LUTH, XVI

BOESSET, Antoine (1587-1643) : AIRS AVEC TABLATURE DE LUTH, XVI

Titre uniforme :
AIRS AVEC TABLATURE DE LUTH, XVI
Autorité(s) principale(s) :
Source(s) du recueil :
Source musicale A

AIRS DE COUR/ AVEC LA TABLATURE DE LUTH/ DE ANTHOYNE BOESSE'T,/ Surintendant de la Musique de la Chambre/ du Roy, & de la Reyne./ SEIZIESME LIVRE.
Paris, Robert Ballard, 1643
partition voix et tablature, in-4°, 220 x 160 mm, 27-[1] f.
F-Psg/ Rés Vm 103 [ex-libris de la bibliothèque («Ex Libris Stae Genovefae Paris») à la p. de t.]

Note(s) sur la source musicale A

Guillo, Ballard/ 1643-B
Durosoir/ 121
RISM A.I/ BB 3295a

Contient :

- f. [I] [titre]
- f. [Iv] [blanc]
- f. [II-IIv] «A MONSEIGNEUR,/ MONSEIGNEUR SÉGUIER [...]», épître dédicatoire, signée [Antoine] de Boesset
- f. [1] «A MONSIEUR DE BOESSET./ SUR SES AIRS. [...]», signé Bordier
- f. ? «A MONSIEUR DE BOESSET. [...]», signé L. Daquinet de L'isle-Adam
- f. «AU MESME.», signé L. Daquinet de L'isle-Adam
- f. «A MONSIEUR DE BOESSET. [...]», anonyme
- f. «AUTRE.», anonyme
- f. «AUTRE.», signé D. P. D. S. R.

[Airs :]
[ 1] - f. [4v]-5 Terre, mer, escoutez l'Ambassade nouvelle
[ 2] - f. 5v-6 L'esclat du nom de Louys monte jusques aux Cieux
[ 3] - f. 6v-7 Entends la voix d'une Deesse
[ 4] - f. 7v-8 Grand Roy qui force la victoire
[ 5] - f. 8v-9 Je suis l'adorable Equité
[ 6] - f. 9v-10 Je vays sur la terre & sur l'onde
[ 7] - f. 10v-11 Non, je ne sçaurois plus feindre
[ 8] - f. 11v-12 Objét divin de ma pensée
[ 9] - f. 12v-13 N'esperez plus, mes yeux
[10] - f. 13v-14 En-nuits, desespoirs, & douleurs
[11] - f. 14v-15 Objét dont les charmes si doux
[12] - f. 15v-16 Qu'Aminthe à de charmants appas
[13] - f. 16v-17 Que cette naissante beauté
[14] - f. 17v-18 Olympe viens à ma defence
[15] - f. 18v-19 Alors que d'un discours hardy
[16] - f. 19v-20 Beaux yeux, vive source de flame
[17] - f. 20v-21 Doux complices de mes ennuits
[18] - f. 21v-22 Cleandre voyant de retour
[19] - f. 22v-23 J'ayme, c'est un grand mal
[20] - f. 23v-24 Puis que mon amour est un crime
[21] - f. 24v-25 Plaignez la rigueur de mon sort
[22] - f. 25v-26 Je suis blessé de mile dards
[23] - f. 26v-27 O mes yeux ! ô mon coeur !
[24] - f. 27v-28 A quel estrange choix m'obligez-vous, Silvie

- f. 28v «TABLE/ DU SEIZIESME LIVRE/ D'AIRS SUR LE LUTH. [...]»
- f. ? «EXTRAIT DU PRIVILEGE [?]» XXX À VÉRIFIER XXX

Description :
1 volume, in-4°, 220 x 160 mm, 28 f., A-G4. Musique et tablature notées (types MMO et TLE), portées de 134 mm. Lettrines, bandeaux, frises, fleurons, culs-de-lampe, titre courant. Ligne de pied : SEIZIESME LIVRE.

Pièces liminaires :
[dédicace :]
«A MONSEIGNEUR,/ MONSEIGNEUR SÉGUIER,/ CHANCELIER DE FRANCE.
MONSEIGNEUR,
Les meilleures productions que j'ay sçeu tirer de mon exercice ordinaire, n'ont point eu d'autre but que le divertissement & la satisfaction de sa Majesté, qui les cognoist & les ayme de telle sorte, que j'ay trouvé dans son approbation la plus haute recompense que j'en pouvois desirer. J'ay pris aussi la hardiesse de luy dedier presque tout ce que j'en ay mis au jour, & si j'ay fait la mesme offrande à quelque eminente vertu, ç'a esté pour rendre mon hommage, à ceux que le Roy luy-mesme honoroit de ses plus grandes faveurs. L'election qu'il a faite en vous, MONSEIGNEUR, d'un si digne chef de la Justice, & l'estime que vous faites des Arts & des Sciences, dont les plus excellentes vous sont acquises, fait que ceux qui taschent de les acquerir cherchent en vostre protection le comble de leur gloire. Je n'eusse pourtant osé me mettre de ce rang, ny me promettre tant de grace de vostre bonté, si je n'eusse fait profession d'un Art, que les plus grands hommes employent volontiers au soulagement de leurs plus grands labeurs & qui fait une bonne part des plus raisonnables delices de la vie. C'est ce qui m'a donné la resolution, MONSEIGNEUR, de vous presenter ces Airs, dont quelques fois le concert ne vous a pas esté desagreable, & qui mesme vous a obligé de gratifier de quelque bien-veillance,
MONSEIGNEUR,
Vostre tres-humble & tres-obeissant serviteur,
DE BOESSET.»

«A MONSIEUR DE BOESSET./ SUR SES AIRS.
Ces Airs dont le docte artifice
Entreprend de charmer un grand chef de Justice
N'ont pas besoin d'un vers flatteur ;
Ils servent aux Concerts d'un glorieux Monarque :
Que diray-je de plus ? leur excellente marque,
Est que BOESSET en est l'Autheur.
BORDIER.»

«A MONSIEUR/ DE BOESSET.
Admirable BOESSET, crains tu point d'enchanter
L'esprit du grand SEGUIER quand il oira chanter
Tes Airs dont l'Univers admire les merveilles ?
Non, il est tres-prudent entre tous les humains :
En tout cas n'a-il pas tousjours entre les mains
La cire, dont il peut se boucher les oreilles ?
L. DAQUINET de Lisladam.»

«AU MESME.
Si j'avois entrepris par les Luths et les Voix
De charmer les esprits d'une douce harmonie,
Et me faire admirer par le plus grand des Roys,
Je voudrois emprunter de BOESSET le Genie.
L. DAQUINET de Lisladam.»

«A MONSIEUR DE BOESSET./ EPIGRAMME.
Lors que BOESSET chante à la Cour
Du Prince son plus cher Amour,
Sa voix tant de beautez explique,
Qu'Appollon l'oyant en ce lieu
Ne pense plus estre le Dieu
Qui preside sur la Musique.»

«AUTRE.
BOESSET, la fleur des plus accorts,
Où prenez vous ces beaux accords
Qui nous charme si bien l'oreille ?
Qu'il faut ou ne les pas ouyr,
Ou se laisser esvanouyr
D'ayse, d'envie & de merveille.»

«AUTRE.
Quand BOESSET chante vos loüanges,
Grand Prince, son concert est tel,
Qu'on doute s'il vante un Mortel,
Ou bien le Monarque des Anges.
D. P. D. S. R.»

Remarques :
- Table alphabétique ; les incipit des airs de ballets (détail infra) sont regroupés à la fin sous les titres des ballets auquels les pièces appartiennent, puis sont classés selon l'ordre des pièces dans le recueil ;
- les pièces 1 à 3 sont extraites du Ballet des triomphes ou la vieille cour (18 et 20 février 1635 ; «BALLET DU ROY.» à la table), les pièces 4 à 6 du Ballet de la Félicité (5 mars 1639 ; «BALLET DE LA FELICITÉ.» à la table) ; cf. VERCHALY Ballets, McGOWAN p. 301 et 305.
- à la table, l'incipit de la pièce 24 est «A quel estrange sort».

Autres exemplaires :
- GB-Cu/ MR 290 c 60 3 (4)
- NL-DHgm/ Kluis B 18
- S-Sk/ RAR 147 Fz (12)

Dépouillement (sigle RISM/ cote)

F-Psg/ Rés Vm 103
GB-Cu/ MR 290 c 60 3 [ 4]
NL-DHgm/ Kluis B 18
S-Sk/ RAR 147 Fz [12]
F-Pc/ Rés 1605 [22]

Attribution(s)

Tous les airs de ce recueil sont d'Antoine Boesset.

Lieu(x)

PARIS

Note(s) lieu(x)

PARIS : ville d'édition de la source musicale A

Date(s)

1643

Note(s) date(s)

1643 : édition source musicale A

Nom(s) cité(s)

BORDIER, René
DAQUINET DE L'ISLE-ADAM, L.
D. P. D. S. R.

Note(s) nom(s) cité(s)

BORDIER, René : auteur du poème liminaire dédié à Boesset
DAQUINET DE L'ISLE-ADAM, L. : auteur du poème liminaire dédié à Boesset
D. P. D. S. R. : auteur (non identifié) d'un des poèmes liminaires dédiés à Antoine Boesset

Dédicataire(s)

SÉGUIER, Pierre [1588-1672]

Éditeur(s) / Graveur(s) / Libraire(s)

BALLARD, Robert [1610 ca-1673]

Référence(s) bibliographique(s) :
Bibliographie :

Cat. Lisbonne 24-648
Cat. Séguier p. 212
DAVIDSSON Suède 30
STOLL 67

Édition(s) moderne(s)

transcription ms par Henri Quittard : F-Pc/ Rés 1605 (22)

Informations sur la notice :

Notice créée par Laurent Guillo (mars 2007).

Date de référence :

<<<< retour <<<<