Login
Menu et informations
SAGAU, Jean François Ange (1735-1817)
État civil
NOM : SAGAU     Prénom(s) : Jean François Ange     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : SAGAUD
SAJO
Date(s) : 1735-10-12  / 1817-2-26 
Notes biographiques

Issu d'une famille de musiciens et organistes de Perpignan, Jean François Ange SAGAU effectue sa carrière musicale comme organiste à Saint-Sernin de Toulouse.

• 12 octobre 1735, Perpignan : Jean François Ange SAGAU naît ; il est baptisé le lendemain, paroisse Saint-Jean-Baptiste de Perpignan. Il est le fils d'Ange Delaté SAGAU [musicien et organiste] et de Marie Bouffart. Son parrain est Jean François BOUFFART maître de musique, sa marraine Thérèse Barrere. Ce d'après un certificat de baptême transcrit le 3 juin 1762.

• 5 décembre 1760, Toulouse : Jean François Ange SAGAU succède à l'orgue de Saint-Sernin à Jean BÈGUÉ aux mêmes gages que ce dernier.

• 4 septembre 1762, Toulouse : Jean François Ange SAGAU épouse dans la collégiale Saint-Sernin Olive Thérèse Bourgouin, fille d'Abel Michel BOURGOUIN maître de musique de Saint-Émilion. Ce dernier n'étant pas présent il a donné une procuration pour le représenter à Bernard Aymable DUPUY, maitre de musique de Saint-Sernin. Par ailleurs le père de Jean François Ange SAGAU, feu Ange Delaté SAGAU qualifié d'organiste et de musicien est représenté par Ignace BOUFFART, oncle de la mère du marié, également musicien de Saint-Sernin. Parmi les signatures des témoins on relève celle de Thomas GUYOT aussi musicien de Saint-Sernin.
• 11 juillet 1763, Toulouse : Naissance de Marie Michelle Amable, fille de Jean François Ange SAGAU et Olive Thérèse Bourgouin. Elle a pour parrain Bernard Aymable DUPUY, maître de musique et pour marraine son épouse Jeanne Marie Thierry. D'autres enfants naîtront ensuite, et parmi eux : Jean Joseph Augustin (11 décembre 1764-?) Thomas Henri Michel (1767-?) ; Marie Honoré (garçon, 1769-?)

• 1780, Toulouse : Jean François Ange SAGAU est mentionné dans l’Almanach de Toulouse comme compositeur et maître de clavecin; l'édition de 1782 précise qu'il réside rue des Teysseyres ; les éditions de 1787, 88 et 89 le disent domicilié rue de Matabiau. L’Almanach historique du clergé de Toulouse en 1780, le qualifie d’organiste de Saint-Sernin, habitant rue Saint-Sernin.

1790-91, Toulouse : il poursuit son service d'organiste à Saint-Sernin.
• Début 1791, Toulouse : Jean François Ange SAGAU rédige une pétition, pour obtenir un traitement suite à ses 31 ans de service comme organiste de la collégiale Saint-Sernin. Il percevait alors pour ce service 369 livres de gages.
• 21 février 1791, Toulouse : Le directoire du district de Toulouse délibère de lui payer la somme de 24 livres pour les mois de novembre et décembre 1790.
• 16 mars 1791, Toulouse : Le directoire du département de Haute-Garonne lui attribue un premier quartier de 90 livres pour la continuation de son service à l'église paroissiale Saint-Sernin avec un traitement annuel de 360 livres, à charge pour lui de payer le souffleur Daydé.

• 12 octobre 1793, Toulouse : Jean François Ange SAGAU touche sa pension d'organiste qui s'élève à 360 livres annuelles, qu'il continuera à percevoir au moins jusqu'en décembre 1799.

• 13 mars 1798 [23 ventôse an VI], Toulouse : Jean François Ange SAGAU prête le serment de haine à la royauté et à l'anarchie. Il déclare aussi qu'il n'a rétracté aucun serment.
• 22 juin 1798 [4 messidor an VI], Toulouse : Il déclare ne rien toucher en dehors de sa pension ecclésiastique. Le document donne son signalement : "il mesure 5 pieds 3 pouces, cheveux châtains, sourcils idem, yeux de même, nez gros, bouche moyenne, figue ovale."
• 2 novembre 1798 [12 brumaire an VII], Toulouse : Jean François Ange SAGAU prête serment et obtient un certificat attestant qu'il a prêté le serment de la loi du 14 août 1792.

• 26 février 1817, Toulouse : Jean François Ange SAGAU décède dans sa demeure toulousaine au n° 25 de la rue Pourouville. Il est alors veuf de dame Olive Thérèse Bourgouin, âgé de 81 ans (il est réellement âgé de 82 ans) et qualifié de professeur de musique.

Mise à jour : 27 mars 2017

Sources
Ad31/ 2 E IM 8772 ; Almanach historique de la ville de Toulouse (1782) ; B. Michel, Le noël à grand chœur…, 2012 ; F-Ad31/ 1 E 273 ; F-Ad31/ 1 L 1097/93-94 ; F-Ad31/ 1 L 1097/95-96 ; F-Ad31/ 1 L 1097/97-98 ; F-Ad31/ 1 L 1098 ; F-Ad31/ 1 L 1145 ; F-Ad31/ 101 H 223 ; F-Ad31/ 101 H 234 ; F-Ad31/ 2 E IM 8754 ; F-Ad31/ 2 E IM 8757 ; F-Ad31/ 2 E IM 8759 et 2 E IM 8760 et 2 E IM 8771 ; F-Ad31/ 2 E IM 8773 ; F-Ad31/ 2 E IM 8774 ; F-Ad31/ L 4264 ; F-Ad31/ L 4361-4367 ; F-Ad31/ L 4366 ; F-Ad31/ L 4367 ; F-Ad31/ L 4372 ; F-AmTOULOUSE/ 5 S 63

<<<< retour <<<<