Login
Menu et informations
MONTURUS, Antoine (ca 1763-1813 ap.)
État civil
NOM : MONTURUS     Prénom(s) : Antoine     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : PONTURUS
MONTERUC
MONTERUS
Date(s) : 1763 ca  / 1813 ap.
Notes biographiques

• vers 1763, Limoges ? : Naissance d'Antoine MONTURUS, fils aîné du facteur d'orgues Guillaume MONTURUS. Dans sa supplique de 1790, Antoine MONTURUS se dit "attaché depuis sa plus tendre enfance à la partie de l'orgue".

• [Dates ?] : Il est organiste au service de différents chapitres et paroisses.

• 5 octobre 1783, Auterive [Haute-Garonne] : Antoine MONTURUS, fils aîné de Guillaume MONTURUS, est choisi comme organiste de l’église paroissiale Saint-Paul. L'instrument vient d'être aggrandi par son père.
• 7 novembre 1785-1787, Auterive : Le contrat d’Antoine MONTURUS est renouvelé. Ce dernier doit toucher l’orgue et l’entretenir et y faire les réparations. Il reste en poste jusqu’en 1787 où Bernard PICQUIÉ lui succède.

• Avant le 1er mai 1789-1790, Saint-Papoul [Aude] : Il entre (quelques années) au service de la cathédrale de Saint-Papoul en qualité d'organiste. Le 1er mai 1789, une délibération capitulaire du chapitre cathédral de Saint-Papoul indique que le chapitre l'a reçu. Il a demandé à être attaché au service du chapitre pour le reste de ses jours avec les mêmes appointements de 500 livres, sous la condition que dans le cas d'une maladie habituelle qui l'empêcherait entièrement de toucher l'orgue, il procurerait au chapitre un organiste avec 200 livres que lui donnerait le chapitre en plus de son honoraire. Il s'engage, en cas d'invalidité, à ne pas quitter le chapitre. Le chapitre accepte sa proposition sous réserve que, par événement qu'on ne saurait prévoir, le chapitre se trouverait dans le cas de n'avoir pas besoin d'organiste, ou ne voudrait plus continuer à en avoir un.

• 9 avril 1790 : Il adresse une supplique au Comité ecclésiastique où il déclare que, organiste à Saint-Papoul, il jouit d'une pension viagère de 500 livres que lui a fait le chapitre de cette église, et demande que cette pension lui soit continuée en cas de suppression du chapitre de Saint-Papoul.

• 8 mars 1791 : Le district de Castelnaudary propose de lui accorder une pension de 200 livres.
• 12 mars 1791 : Le département envoie le dossier au Comité ecclésiastique sans statuer.
• 14 mars 1791 : On apprend que le chapitre de Saint-Papoul doit à Monturus ses honoraires du 16 octobre au 31 décembre 1790. Le département ordonne au district de Castelnaudary d'ordonner le paiement de 102 l 15 s 5 d.

• [1792-1793], Fanjeaux : Sa pension se monte à 500 livres. Il réside à Fanjeaux.

• 12 mars 1793, Paris: Il épouse Marie Louise Etienne Lamotte/Delamotte.
• 2 juillet 1793, Paris : Une carte de sureté explique qu'Antoine MONTURUS, musicien, arrive à Paris : il habite d'abord rue Saint-Martin puis au n° 6 marché Sainte-Catherine. Il est âgé de 30 ans, natif de Limoges. Le couple aura un fils qui meurt le lendemain de sa naissance Guillaume Joseph Charles (Paris, 17-18 mai 1797) puis une fille née le 24 août 1813, à Saint-Louis-en-l'Ile, prénommée Louise Antoinette Célestine.

Mise à jour : 2 novembre 2018

Sources
F-Ad11/ 1 L 1236 ; F-Ad11/ 3 L 131 ; F-Ad11/ 3 L 20 ; F-An/ DXIX/052/099/12 ; F-An/ DXIX/093/816/26 ; F-An/ DXIX/099/099/06 ; Filae.com ; L. Latour, Auterive : Une communauté et son orgue..., 1985-1986. ; L. Meunier-Rivière, Les orgues de Toulouse..., 1997

<<<< retour <<<<