Login
Menu et informations
LUCAS, Pierre Mathurin (1737-1774)
État civil
NOM : LUCAS     Prénom(s) : Pierre Mathurin     Sexe : M
Date(s) : 1737-5-10   / 1774-9-17
Notes biographiques

Pierre-Mathurin LUCAS fait partie d'une famille de musiciens issue de Rennes et qui rayonne sur d'autres villes de l'ouest : La Rochelle, Nantes... L'étude de ce groupe familial met en avant les relations danse-musique, l'importance de la musique dans la vie sociale des villes, ainsi que la gestion des mobilités de musiciens ou les porosités entre musique de ville et musique d'Église.

• 10 mai 1737, Rennes : C'est sur la paroisse Toussaints qu'est baptisé Pierre-Mathurin LUCAS, fils de René LUCAS, maître de danse, et de Renée-Angélique Blesbois. Les LUCAS sont une famille de musiciens. Pierre-Mathurin a pour frère Joseph Pierre LUCAS plus tard installé à La Rochelle,  qui aura lui-même un fils Pierre Marie LUCAS professeur de musique à Nantes dans les années 1790, etc.

• 17 février 1760, Vannes : Pierre-Mathurin LUCAS épouse Marie-Françoise Bourdier en la paroisse Saint-Pierre. Le mariage est prononcé après dispense de deux bans, consentement des parents c'est-à-dire René LUCAS. La cérémonie est célébrée par l'archiprêtre Leduc avec l'assentiment du curé de la paroisse, une marque de reconnaissance indiquant implicitement que LUCAS est estimé à Vannes. Cela pourrait également indiquer qu'il exerce comme musicien à la cathédrale Saint-Pierre. Si les qualités des personnes présentes ne sont pas détaillées, leurs signatures très lisibles ont permis d'identifier un J. LEROY, connu par Muséfrem. En effet en 1792 il est dédommagé pour ses prestations de violon à la cathédrale. Marie-Françoise Bourdier, originaire d'Auray à quelques kilomètres à l'ouest de Vannes, signe l'acte ainsi que "La Lucas", Moraquiny et Buart, Pierre-Mathurin LUCAS et les deux représentants de l'église vannetaise.

• 17 février 1762, Vannes : Un premier enfant voit le jour, nommé Claude-Vincent, le premier prénom reprend celui de son parrain, maître de musique et de psallette de la cathédrale Saint-Pierre, à savoir le sieur HERMANT DE SAINT-BENOIT. La marraine, Vincent-Ursule Bocou, signe le registre avec le père dont la profession n'est pas précisée. La cérémonie est présidée par un "Prêtre de la communauté".

• 31 mai 1763, Vannes : Une petite Marie-Rose vient agrandir la famille. Son parrain est un sieur Philippe Matozrec, peintre de son état ; la marraine demoiselle Marie-Rose Bedesque signe le registre en présence de nombreux témoins tels Paul Kromholtz et son fils Jean, Charles Lucas, Charles Cleve, Hollec. Leurs professions ne sont malheureusement pas précisées.

• [1763-1774] : Il est vraisemblable qu'en quittant Vannes Pierre-Mathurin LUCAS ait exercé dans au moins une autre ville avant Tours. Peut-être à Rennes ? Cela reste à documenter.

• 17 septembre 1774, Tours : Pierre-Mathurin LUCAS, musicien qui séjourne alors dans une auberge du faubourg Saint-Éloi décède subitement. Il est inhumé le lendemain dans le cimetière paroissial Saint-Venant, en présence d'un autre musicien, Claude CHANTELOUP. La présence de ce musicien indique que LUCAS, quoique probablement arrivé récemment puisqu'il réside encore à l'auberge, avait commencé à tisser des liens avec le milieu musical local.

• 5 mars 1777, Rennes : La veuve Lucas, Marie-Françoise Le Bourdier, revenue en Bretagne (ou qui n'en était jamais partie ?) et installée à Rennes, est marraine de son neveu par alliance Pierre-Marie LUCAS... qui deviendra à son tour musicien.

Mise à jour : 25 septembre 2020

Sources
F-Ad35/ BMS Rennes, St-Germain ; F-Ad35/ BMS Rennes, Toussaints ; F-Ad37/ 6NUM6/ 261/ 692 ; F-Ad56/ BMS Vannes, Saint-Pierre

<<<< retour <<<<