Login
Menu et informations
LEMOINE, Joseph (1734-1809)
État civil
NOM : LEMOINE     Prénom(s) : Joseph     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : MOINE
LE MOINE
MOYNE
LEMOYNE
Date(s) : 1734-6-21   / 1809-2-20 
Notes biographiques

Joseph LEMOINE est déjà d'un âge avancé en 1790 (57 ans). Sa carrière est connue en partie si l’on suit, avec prudence, les informations du directoire du département. Enfant de chœur à 6 ans à la cathédrale de Périgueux, puis serpent dans les années 1750 dans une petite paroisse de la ville, il devient enfin maître de musique à la cathédrale à 34 ans. Il se marie en 1757. Attaché à ses fonctions et ses devoirs, il va œuvrer dès 1790 pour veiller au sort des enfants de chœur : âgés de 12-13 ans en moyenne, issus de familles pauvres, ils étaient nourris et entretenus au frais du chapitre par l’intermédiaire de LEMOINE en tant que maître de musique. Eux et leurs parents risquent de se retrouver dans une situation très difficile et LEMOINE semble faire le maximum pour eux. Il obtiendra pour lui une pension correcte par rapport à son ancienneté à la cathédrale. La suite de sa vie dans les années de la Révolution n’est pas documentée pour le moment. Mais on sait qu'il meurt en 1809 à 75 ans.

• 21 juin 1734, Périgueux : Joseph LEMOINE nait ce jour et il a un frère jumeau, Pierre. Or selon le tableau des musiciens envoyé par le directoire du département au Comité ecclésiastique de l’Assemblée nationale le 16 février 1791, Joseph LEMOINE est déclaré avoir 67 ans. N'y a-t-il pas là une erreur volontaire pour le vieillir de 10 ans et espérer ainsi qu'il obtienne une meilleure pension ?
 
• [A partir de 1740], Périgueux : Selon la même source, il est enfant de chœur à la cathédrale Saint-Front, depuis cette date Il avait donc environ six ans. 

• 16 janvier 1753, Périgueux : Joseph LEMOINE est le parrain d'un fils de Joseph RIBOULET, frère de Jean-Baptiste RIBOULET, future clarinette du chapitre cathédral. LEMOINE est alors serpent au chapitre de la même  cathédrale Saint-Front. 

• 23 juin 1757, Périgueux : Joseph LEMOINE épouse Madeleine Desmaisons. Les deux mariés ont signé l'acte ainsi que le père et Pierre, le frère jumeau de Joseph.

• [1768], Périgueux : Joseph LEMOINE devient maître de musique à la cathédrale Saint-Front. Les 28 années qui séparent ces deux fonctions- enfant de chœur et maître de musique- ne sont pas encore très documentées. On sait seulement qu'à son mariage en 1757, il est musicien dans la paroisse Saint-Silain de la ville.

• 12 septembre 1771, Périgueux : Il est parrain de Françoise JAUBART fille de François JAUBART musicien du chapitre. Il signe "Moyne parin". Ce parrainage d’un enfant de musicien par le maître de musique est un phénomène assez fréquent et rencontré, par exemple, à Saint-Astier. La fréquentation quotidienne au chœur crée au sein du bas-chœur des liens entrecroisés : on voit que l'acte de baptême est également signé par Pierre GOMBEAUD, Jean AYMARD et, peut-être, l'organiste COLLES ou COTTES.

1790Périgueux : Le sieur LEMOINE est  toujours maître de musique  de la cathédrale Saint-Front. Il a cinq enfants de chœur à sa charge : Louis BLONDIN, Raymond PARAVEL, Jean BARREAU, Jean PAUTARD et François VALETTE. Il touche un traitement fixe de 1600 livres et un casuel de 200 livres, des sommes avec lesquelles il doit nourrir et entretenir les enfants de chœur.
  
A partir de l’été 1790, Joseph LEMOINE envoie des mémoires au district de Périgueux et au directoire du département pour veiller au sort des enfants de chœur qu’il doit nourrir et entretenir sur les sommes reçues du chapitre et pour obtenir une pension correcte.

Le sort des enfants

• 19 août 1790 : Dans un mémoire LEMOINE explique qu’il doit nourrir les enfants de chœur sur ses appointements ; il demande qu’on lui verse 350 livres à cet effet. Deux mois plus tard, il réclame 380 livres.
• 28 octobre 1790 : Le directoire examine sa demande et cherche à obtenir des éclaircissements du chapitre sur les montants et leur affectation pour l'entretien des enfants et le traitement du maître de musique. Cinq jours plus tard, le directoire demande le versement par un fermier du chapitre.

• [Début 1791] : Joseph LEMOINE fait parvenir au Directoire du département de la Dordogne un mémoire et compte-rendu de l'état des étoffes servant à faire les habits des enfants de chœur pour la somme de 166 livres 15 sols.
• 22 janvier 1791 : Le Directoire délibère et commet le sieur Valette pour faire marché avec le tailleur Dumas afin de faire faire ces habits d'urgence.
• 31 janvier 1791 : Examen d'un mémoire de Joseph LEMOINE qui demande 128 livres pour nourrir les enfants de chœur. Le directoire du district propose lui en verser le douzième de la dépense annuelle.
• 18 février 1791 : LEMOINE présente un mémoire pour une paire de souliers par enfant de chœur. Le directoire lui répond que c'est à lui, maître de musique, de régler cette dépense. Trois jours plus tard, le directoire du département de la Dordogne examine ce dossier concernant la demande de souliers faite par les enfants de chœur à leur maître de musique, Joseph LEMOINE. Le directoire demande des compléments, notamment la délibération du chapitre faite en 1789 faisant état d'une augmentation de ses appointements et précisant s'il a l'obligation de faire faire des souliers aux enfants de chœur. Le directoire du département examine aussi la demande des parents des enfants de chœur qui veulent que le sieur LEMOINE rende leurs effets. Il devra remettre les enfants à leurs parents avec leurs effets sauf les bonnets carrés, les aubes, les ceintures et les surplis. Il devra conserver ces vêtements chez lui puis le directoire du département les fera placer en lieu sûr.

Pendant six mois, LEMOINE a beaucoup œuvré pour que les enfants obtiennent argent et vêtements subissant la demande des parents et les pressions de l'administration du département. Mais il s'est aussi préoccupé de ses propres intérêts comme tous ses collègues.

Son traitement et sa pension

• 19 août 1790 : Le directoire lui verse 390 livres, gages de l'année en cours.

• 16 janvier 1791 : Le directoire du district de Périgueux propose qu'on accorde à Joseph LEMOINE une pension de 500 livres. Un mois plus tard, le directoire du département propose un pension de 700 livres dans son envoi au Comité ecclésiastique. Il précise que c’est « un père de famille, homme honnête et plein de probité aujourd'hui sans ressource ».
• Mars, mai, août 1791 : LEMOINE reçoit trois versements de 100 livres comme avance.
• 17 décembre 1791 : Suite à sa demande de complément, le conseil général lui accorde 500 livres ; comme il a déjà reçu 300 livres, il lui sera versé 200 livres. Il est alors mentionné dans musicien actif dans la cathédrale constitutionnelle.

• Janvier, avril et juillet, octobre 1792 : LEMOINE reçoit des versements de 200 livres soit un total de 800 livres.

• • •

• 20 février 1809, Périgueux : Joseph LEMOINE décède à l'âge de 75 ans et est qualifié d"ex maître de musique" ; il est alors déjà veuf.

Si pendant près de soixante ans, on peut suivre assez bien la vie et la carrière de Joseph LEMOINE, la quinzaine d'années qui suit n'est pas documentée. C'est cette période qu'il faudra mieux connaître pas d'autres recherches.

                                                                                                                                         Mise à jour : octobre 2018

Sources
F-Ad24/ 1 L 156 ; F-Ad24/ 1 L 157 ; F-Ad24/ 1 L 184 ; F-Ad24/ 1 L 661 ; F-Ad24/ 4 G 9 ; F-Ad24/ 5 E 317/9 ; F-Ad24/ 8 L 10 ; F-Ad24/ 8 L 40 ; F-Ad24/ BMS Périgueux (Saint-Front) ; F-Ad24/ BMS Périgueux 1750-1759 ; F-Ad24/ BMS Périgueux Saint-Front 1720-1734 ; F-Ad24/ BMS Périgueux Saint-Front 1737-1758  ; F-Ad24/ Etat-civil Périgueux Décès 1809 E 317/40 ; F-An/ DXIX/054/150/15 ; F-An/ DXIX/090/738/03 ; H. Jouin, Musée de portraits d'artistes…, 1888

<<<< retour <<<<