Login
Menu et informations
FLAMANT, Jean Nicolas, Beauvais (1770 av.-1798 ap.)

FLAMANT, Jean Nicolas, Beauvais (1770 av.-1798 ap.)

État civil
NOM : FLAMANT     Prénom(s) : Jean Nicolas     Sexe : M
Complément de nom : Beauvais
Autre(s) forme(s) du nom : FLAMAND
Date(s) : 1770 av.  / 1798-8-12 ap.
Notes biographiques

Jean Nicolas FLAMANT, serpent à l'origine, exerce aussi les fonctions de maître des enfants de chœur en l'église paroissiale Saint-Étienne de Beauvais [Oise] en 1790. Parallèlement, il gagne sa vie comme fabricant d'étoffes.

• 1770-1774, Beauvais : Nicolas FLAMANT signe plusieurs quittances pour perception de gages d'enfant de chœur en l'église paroissiale Saint-Étienne. Il touche 8 livres 15 sols par trimestre en 1770-1771, 9 livres en 1773-1774.

• 1779, Beauvais : Il est dorénavant serpent de la paroisse Saint-Étienne. Ses gages s'élèvent à 15 livres par trimestre, soit 60 livres à l'année.

• Janvier 1782, Beauvais : Nicolas FLAMANT reconnaît avoir reçu du receveur de la fabrique la somme de 34 livres pour les honoraires du serpent et le soin des enfants de chœur (probablement pour le seconde semestre de 1781).

• 1786-1787, Beauvais : Il n'est mentionné dans les pièces comptables que comme serpent, avec 25 livres de gages par trimestre.

• 1788-1790Beauvais : Il perçoit 68 livres pour ses gages de serpent et pour avoir instruit les enfants de chœur.

• 1791, Beauvais : En tant que serpent [et maître des enfants de chœur], il touche 136 livres à l'année. L'autre serpent, FERMEPIN, ne perçoit que 96 livres et une gratification de 24 francs.

• 15 juillet 1792, Beauvais : Pierre Louis Flamand, fils de Jean Nicolas FLAMAND, joueur de serpent de la paroisse Saint-Étienne, et de Marie Anne Angélique Lamarche, décède le jour même de son baptême. Jean Charles Gence, sacristain de la paroisse, assiste à l'inhumation.

• Fin octobre 1793, Beauvais : Son service de serpent à Saint-Étienne cesse. 
• Janvier 1794, Beauvais : Avec l'autre serpent FERMEPIN, il réclame le paiement de son salaire d'octobre. Comme les chantres, ils invoquent leur pauvreté, leur condition de père de famille et se disent bons républicains.
• 22 messidor an II (10 juillet 1794), Beauvais : Le District reconnaît le bien-fondé de leur demande.
• 2 fructidor an II (19 août 1794), Beauvais : Le Département accorde à chacun la somme de 9 livres et 19 centimes.

• 25 thermidor an VI (12 août 1798), Beauvais : Martin Nicolas Flamant, fils de Jean Nicolas FLAMANT, fabricant d'étoffes, domicilié rue Dampierre, section de l'Occident, et de Marie Anne Angélique Lamarche son épouse, vient au monde.

Mise à jour : 15 février 2019

Sources
F-Ad60/ 1Q2/567 ; F-Ad60/ 2 GP 621 / 10 ; F-Ad60/ 2 GP 621 / 11 ; F-Ad60/ 2LP 1128 ; F-Ad60/ 3E57/62 ; F-Ad60/ 5MI155

<<<< retour <<<<