Login
Menu et informations
CONCHE, Michel (1743 ca-1816)
État civil
NOM : CONCHE     Prénom(s) : Michel     Sexe : M
Autre(s) forme(s) du nom : COUCHE
CONCHES
Date(s) : 1743 ca entre crochets  / 1816-12-24 
Notes biographiques

De Clermont-Ferrand à Toulouse, de l'Auvergne au Languedoc, Michel CONCHE a chanté et surtout joué du serpent dans de nombreuses églises, dont certaines restent probablement encore à découvrir. Pendant la Révolution, il passe de l'Église aux scènes de théâtre.

• [1743], Clermont-Ferrand [Puy-de-Dôme] : Michel CONCHE ou COUCHE est originaire de Clermont-Ferrand (Clermont d'Auvergne). Il est le fils de François Pierre Conche et de Marie Cluzel.

• [1750]-6 avril 1769 : Il est attaché au chapitre cathédral de Clermont vers l'âge de [sept ans], en qualité d'enfant de chœur pendant 10 ans, avant de lui rester attaché pendant encore huit ans. Il débute ici sa carrière musicale par l'apprentissage du chant (puis probablement du serpent et du basson).

• 12 juin 1771, Brioude [Haute-Loire] : Michel CONCHE écrit une lettre au maître de musique de la Cathédrale de Béziers. Il dit être âgé de 28 ans, très bien chanter en basse taille, avec beaucoup de voix et de goût, et jouer du basson, du serpent et du hautbois très passablement. Il n'est pas encore marié et se dit résidant chez les "comtes de Brioude", nom donné alors aux chanoines de la collégiale Saint-Julien.

• [Vers 1773]- 20 août 1777, Narbonne : Il exerce au chapitre cathédral Saint-Just et Saint-Pasteur de Narbonne en qualité de serpent et basson, pendant cinq ans.
• 4 juin 1774, Béziers : Il épouse Jeanne Claire Cadoret dans la paroisse Sainte-Madeleine, alors qu'il réside à Narbonne.
• 11 août 1777, Narbonne : Il écrit une lettre de remerciement à Étienne Jérôme LAUDUN pour lui avoir obtenu une place de chantre à la cathédrale de Béziers. Il demande à rester à Narbonne jusqu'à fin août et à n'intégrer sa nouvelle place que le 1er septembre. Il dit néanmoins se trouver mieux à Béziers "par [r]apport à mon épouse", qui est originaire de la ville. Il signe "Conche, basson serpent".

• 14 août 1777, Béziers : Il est reçu pour chantre à 450 livres plus 50 livres pour jouer du serpent et du basson.
• 29 octobre 1777 : Son fils Jean Pierre est baptisé paroisse Sainte-Madeleine, il décède le 9 août 1779 (paroisse Saint-Nazaire).
• 16 septembre 1780 : Sa fille Marie Claire est baptisée, elle décède le 3 mai 1781 (paroisse Saint-Nazaire).
• 8 février 1782 : Son épouse Jeanne Claire Cadoret décède, paroisse Saint-Nazaire, à l'âge de 34 ans. Michel CONCHE est dit "musicien de cette église".
• 8 mai 1782 : Ayant perdu toute sa famille, il quitte le chapitre de l'église de Béziers où il a exercé en tant que chantre pendant 5 ans.

• 11 juin 1782-8 mars 1785, Agde : Il rejoint le chapitre cathédral d'Agde. Il est alors serpent et sous-maître des enfants de chœur.
• 9 juillet 1782, Agde : Installé paroisse Saint-Étienne "depuis trois semaines" selon l'acte, il se remarie avec Catherine Guigon, fille de Jean André. Les bans ont été publiés sur la paroisse Saint-Nazaire de Béziers. Cette dernière est la sœur de Jean André Marin GUIGON, bénéficier et un des organistes de la cathédrale Saint-Just de Narbonne [en place en 1790].

• 18 septembre 1783, Agde : Leur fils Jean André Michel est baptisé même paroisse Saint-Étienne. Michel CONCHE est présenté comme "musicien"; les parrain et marraine sont les grands-parents maternels.

• [Mars 1785]-8 avril 1786, Toulouse : Michel CONCHE est serpent pendant un an, attaché à un chapitre de Toulouse.
• 11 mars 1786 : Il bénéficie d'une augmentation de gages qui passent à 25 livres par mois.
• 8 avril 1786 : Il demande un certificat d'assiduité au chapitre, qui lui est accordé.

• [1786]-17 avril 1787, Montauban : Michel CONCHE est serpent dans un chapitre de Montauban pendant [un an].

• [1787]-28 août 1788, Rodez : Il est serpent au chapitre cathédral Notre-Dame de Rodez pendant environ 16 mois.

• [1788]-1er novembre 1789, Arles : Il est serpent au service du chapitre cathédral Saint-Trophime d'Arles pendant un an. Dans son attestation de services, il est fait mention d'un projet de voyage à Paris pour raisons de santé. Un chanoine du chapitre, Giraud, le décrit alors comme étant un "excellent joueur de serpent, fort honnête et de bonne société".

• 11 novembre 1789-1790, Agde : Michel CONCHE retourne au chapitre cathédral d'Agde où il exerce gratuitement comme musicien serpent. Un Gabriel CONCHE (un fils ?) est enfant de chœur du même chapitre en 1790. Michel CONCHE fait une demande de pension justifiée par près de quarante années de services (il est alors âgé de 47 ans). Il est marié et père de deux enfants. Le 9 septembre 1790, les certificats rassemblés des différents chapitres où il a servi sont certifiés conformes aux originaux.

• 26 février 1791 : Le directoire du district de Béziers propose de lui accorder une pension annuelle de 300 livres.
• 6 avril 1791 : Le directoire du département de l'Hérault lui accorde une pension annuelle de 400 livres.

• Après 1791, Montpellier : Michel CONCHE est employé à l'orchestre du Grand Théâtre de Montpellier comme serpent, fait exceptionnel qui prouve bien les qualités peu communes de ce musicien comme interprète de cet instrument.

• 20 décembre 1816, Toulouse : Le décès de Michel CONCHE, musicien, est enregistré.

Mise à jour : 5 juin 2019

Sources
C.Triolaire, "Les musiciens d’Église à la fête et au théâtre…, RM, 2008 ; F-Ad34 / L 4588 ; F-Ad34/ 5 Mi 13/2, vue 325/411 ; F-Ad34/ 5MI 14/ 2 ; F-Ad34/ G 814] ; F-Ad34/ G 814] - F-Ad34/ G 126] - F-Béziers Am/ GG 160] ; F-Ad34/ G 817] ; F-An/ DXIX/090/742/01,18 ; F-Arles Bm/ ms 113] ; M. Signorile, "Les Maîtres de chapelle […] de Saint-Trophime d'Arles…", 1992 ; R. Machard, Musiciens de la cathédrale St-Étienne…

<<<< retour <<<<