Login
Menu et informations
ALLIX, Jean-Louis (ca 1712-1749 ap.)
État civil
NOM : ALLIX     Prénom(s) : Jean-Louis     Sexe : M
Date(s) : 1712 ca  / 1749 ap.
Notes biographiques

La biographie de Jean-Louis ALLIX est jusqu'à présent essentiellement connue par les étapes de son parcours professionnel au sein de la cathédrale de Coutances. "Enfant de choeur", puis "porte-croix" et "huissier du chapitre", il est aussi "serpent" et "joueur de basson". J-L ALLIX joue ce dernier instrument à l'église mais aussi "chez les particuliers, de jour comme de nuit", ce que le chapitre lui reproche. Sa trace est perdue à Coutances après 1742, mais on la retrouve temporairement à Saint-Brieuc en 1749.

• 8 février 1725, Coutances : Le nom de Jean-Louis ALLIX est mentionné pour la première fois dans la liste des présents à la réunion du chapitre de la cathédrale de Coutances. La date exacte de son recrutement comme enfant de chœur de la dite cathédrale n'est cependant pas connue. Au cours des années qui suivent, aucune mention particulière n'est faite le concernant jusqu'à ce qu'il soit "licencié de l'aube", le 4 octobre 1730. À cette occasion, il bénéficie de la gratification habituelle de 20 livres. La date de ce départ laisse supposer qu'il est entré vers 1720 à la maîtrise. Le recrutement s'effectuant vers l'âge de huit ans, Jean-Louis ALLIX a pu naître vers 1712.

• 28 avril 1734, Coutances : “Me ALLIX, ci-devant enfant de choeur est admis et reçu porte-croix de cette église et huissier du chapitre au lieu de Me LEBOURGEOIS” il devient porte-croix tout en jouant du serpent et du basson.

• 17 février 1736, Coutances : “La compagnie a accordé à Me Allix, porte-croix et huissier du chapitre, un mois pour se rendre à Caen afin de se perfectionner à jouer du basson et pour cet effet la dite compagnie lui a accordé 40 livres et le dit ALLIX commettra à son abscence.

• 25 janvier 1737, Coutances : “Me Allix ayant comparu au chapitre suivant l’ordre qui lui en avait été donné par le chapitre, il lui a été enjoint et deffendu de jouer du basson chez les particuliers tant de jour que de nuit et d’être plus assidu à faire les fonctions d’huissier et de porte-croix”. Cette remontrance laisse supposer l'existence d'une vie musicale régulière dans les salons de la bonne société coutançaise sans que, malheureusement, d'autres sources ne permettent de la décrire.

• 27 mai 1739, Coutances : “Sur la requête présentée au chapitre par Me Louis Allix, porte-croix et joueur de basson de cette église, tendant à ce qu’il plaise à la compagnie lui accorder le serpent, la dite compagnie, après avoir délibéré, a accordé les fins de sa requête.
• 10 juin 1739, Coutances : “La compagnie a résolu de donner 60 livres à Me Allix pour aller à Bayeux apprendre à jouer du serpent après qu’il aura montré à Me La Haye à jouer du basson, parce que pour la même somme il reviendra parfaitement instruit et en état de jouer du dit serpent.

• De 1740 à 1742, Jean-Louis ALLIX est joueur de serpent à la cathédrale de Coutances (et en même temps porte-croix). Ses gages sont de 100 livres par an.

• 2 mai 1742, Coutances : “Sur la remontrance faite à la compagnie que maistre Louis ALLIX joueur de serpent de cette église ne pouvant subsister avec les cent livres de gages qu’il a pour emboucher le dit instrument, la compagnie après avoir délibéré lui a accordé de ce jour les mêmes gages qu’avaient feu me QUESNEL son prédécesseur, scavoir cent vingt livres pour chacun an".
• 28 juin 1742 : “Le chapitre a agréé la remise faite par Me Louis ALLIX de la fonction de porte-croix et a renvoyé à mercredi prochain pour charger de la porter celui d’entre les enfants sorti de l’aube qu’il jugera à propos.
• 4 juillet 1742 : Le chapitre donne congé à ALLIX de la fonction de serpent et nomme Jean-Louis DROUIN, ancien enfant de chœur, à sa place.
• 19 septembre 1742 : “Solvat de la somme de 12 livres est accordé à maître ALLIX le jeune pour avoir montré, étant au séminaire de cette ville, à jouer du serpent à Me DROUIN, sorty de l’aube”.

• 27 juin 1749, Saint-Brieuc : "Noble homme Jean Louis ALLIX" – dont le rédacteur de l'acte ne dit rien de plus que cet avant-nom honorifique dont il gratifie aussi le père de l'enfant – est le parrain de Suzanne-Louise Depoix, cinquième enfant et troisième fille du maître de musique de la cathédrale, Simon DEPOIX. La marraine est la demoiselle Marie-Suzanne Bauchon (elle signe "Bauchon Corneille"). Quant au parrain, il signe "jean Louïs Allix".

L'enquête reste à mener à Saint-Brieuc – ou peut-être ailleurs – pour savoir ce que Jean-Louis ALLIX devient ensuite...
En octobre 1783 un certain Jean ALLIX, du Mesnil-Durand, est attesté comme chapelain à la collégiale du Saint-Sépulcre de Caen, mai rien n'indique qu'il puisse s'agir du même individu.                                                

Mise à jour : 29 septembre 2019

Sources
F-Ad22/ BMS St-Michel de St-Brieuc ; F/Ad50 301 J 209 ; F/Ad50 301 J 210

<<<< retour <<<<